Des scientifiques ont découvert un mystérieux anneau de poussière autour de Mercure

Bien que des progrès énormes aient été réalisés dans la recherche spatiale, il existe encore beaucoup de choses qu’on ignore sur notre propre système solaire. Une nouvelle étude montre par exemple que Mercure partage son orbite surdimensionnée avec un grand anneau de poussière errante, jusque là inconnu.

Une autre étude récente montre qu’un anneau similaire, probablement formé par un nuage d’astéroïdes non encore identifiés, se trouve dans le voisinage de Vénus.

espace

Crédits Pixabay

Un anneau de poussière autour de Mercure

Grâce à leurs puissantes forces gravitationnelles, aussi bien la Terre que Vénus ont pu créer des anneaux de poussière qui orbitent avec elles autour du soleil. Toutefois, la trajectoire de Mercure a laissé penser jusque là que la planète était exempte d’une telle caractéristique.

Une conception que vient de démentir Guillermo Stenborg, scientifique en énergie solaire au Naval Research Laboratory à Washington, D.C., et son équipe, dans une nouvelle étude.

Stenborg et son équipe ont analysé les images capturées par l’un des deux satellites jumeaux STEREO (Solar TErrestrial RElations Observatory) de la NASA. Les deux satellites ont été placés en orbite en 2006 autour du soleil. Les chercheurs ont créé un modèle sur la base de ces images dans le but de « supprimer » la poussière qui pourrait rendre plus difficile la compréhension des données collectées par STEREO, la Parker Solar Probe de la NASA lancée récemment, ainsi que par d’autres satellites permettant d’étudier le soleil.

C’est en comparant leur modèle à l’imagerie de STEREO que les astronomes ont découvert qu’il y avait plus de poussière qu’ils le pensaient. En fait il y avait un anneau de poussière dans l’orbite de Mercure, d’une largeur d’environ 15 millions de kilomètres.

Une population d’astéroïdes inconnue dans la trajectoire de Venues ?

Une deuxième étude, sur Venues cette fois, a été menée par Marc Kuchner, astrophysicien au Goddard Space Flight Center de la NASA à Greenbelt, Maryland, et son collègue Petr Pokorný. Ils ont cherché à comprendre d’où venait la poussière dans l’anneau orbital de Vénus. Après une série de simulations, les chercheurs ont conclu qu’il pourrait y avoir une population d’astéroïdes inconnus qui gravitent autour du soleil dans la trajectoire de Vénus.

Si cette population d’astéroïdes dans l’orbite de Vénus existe vraiment, « nous devrions pouvoir la trouver », a déclaré Pokorný. Le télescope spatial Hubble de la NASA pourrait potentiellement permettre cela, a-t-il ajouté.