Des scientifiques ont découvert une forme de vie inconnue dans la plus vieille eau de la planète

L’Ontario n’a visiblement pas encore révélé tous ses secrets. En explorant une grotte située dans les profondeurs de la province, une équipe de scientifiques a découvert une forme de vie microbienne inconnue vivant dans une flaque d’eau. Le plus surprenant reste à venir, car l’eau présente dans cette grotte aurait été séparée de la surface de la Terre il y a un peu plus de 2,6 milliards d’années de cela.

Cette fameuse grotte se trouve sous terre, dans le nord de l’Ontario, à environ 2,4 kilomètres sous la surface de notre belle planète.

Vie microbienne Ontario

La vie s’est développée dans les profondeurs de notre planète aussi.

Elle intrigue les scientifiques depuis plusieurs années maintenant et une expédition s’est rendue sur place en 2013 afin d’explorer les lieux.

Il y a de la vie sous nos pieds

Différents prélèvements ont été effectués sur place et les chercheurs ont notamment récupéré un peu d’eau en provenance d’une flaque.

En l’analysant, ils ont réalisé que cette eau avait développé son propre écosystème. Fascinés par la découverte, ils ont poussé plus loin leurs analyses et ils ont fini par découvrir une forme de vie microbienne. Ils ont bien évidemment cherché l’identifier, en pure perte.

Cette forme de vie ne correspond en effet à rien de ce que nous connaissons. Elle a évolué en parallèle des formes de vie présentes à la surface de notre planète et c’est précisément ce qui la rend aussi unique.

Les scientifiques ont été très surpris de découvrir que la vie pouvait se développer si loin de la lumière du Soleil. D’après leurs premières observations, les microbes présents dans cette flaque survivraient grâce à l’énergie tirée de l’eau coincée entre les roches présentes sur le sol de la grotte.

La même chose sur Mars ?

Ils s’appuieraient en effet sur une combinaison d’hydrogène et de sulfate pour se développer. Il faudra cependant des analyses plus complètes pour réussir à mieux les comprendre.

Long Li, un des scientifiques en charge de l’étude parue dans la revue Nature, pense que cette découverte nous donne un autre regard sur notre planète. Elle prouve effectivement que la Terre est bien plus habitable que prévu et elle estime en outre que des formes de vie similaires ont très bien pu se développer sur Mars.

Moralité, les premiers colons auront peut-être intérêt à regarder attentivement ce qui se trouve sous leurs pieds s’ils se sentent un peu seuls.

Mots-clés biologieinsolite