Clicky

Des scientifiques pensent avoir découvert un nouvel organe dans le corps humain

Si vous pensiez que la peau était le plus grand organe du corps humain, vous aviez raison jusqu’à présent. Des scientifiques de l’École de médecine de New York viennent d’annoncer la découverte d’un nouvel organe, potentiellement le plus grand du corps humain. Alors, qu’est-ce que c’est et comment a-t-il pu rester inconnu pendant si longtemps ?

Appelé « interstitium », l’organe est une couche en forme de maille composée de collagène et de compartiments remplis de liquide. Il peut être trouvé juste sous la peau, entourant les veines, les artères et le tissu entre les muscles, ainsi que le système digestif, les poumons et les voies urinaires. On pensait auparavant que l’organe était un tissu conjonctif.

Cette découverte pourrait conduire à la création de nouveaux traitements et à une meilleure compréhension du corps humain.

Une découverte de première importance

L’interstitium avait été mal identifié, car les scientifiques ne l’avaient examiné que sur des lames de microscope. Cela signifiait que le liquide était drainé, provoquant l’effondrement des compartiments. « Ce sont les restes des espaces effondrés. » a déclaré le Dr Neil Theise, auteur de l’étude et pathologiste. « Ils avaient été là tout le temps. C’était seulement quand nous avions pu regarder les tissus vivants que nous avons pu voir cela. »

Les cellules avaient auparavant été examinées à l’aide d’un microscope et cela a donc faussé les résultats. Ce n’est que lorsque l’interstitium a été observé sous forme de « tissu vivant » lors d’une endoscopie que les chercheurs ont pu découvrir sa véritable forme.

Si les chercheurs ont raison, ce pourrait être le plus grand des 80 organes trouvés dans le corps humain.

Les implications de la découverte

Selon EurekaAlert, l’interstitium peut agir comme un « amortisseur », protégeant les tissus d’autres organes comme les muscles et les vaisseaux. Les scientifiques pensent que l’organe peut également aider les cellules cancéreuses à se répandre dans tout le corps, agissant comme un « écoulement d’eau » pour les tumeurs.

« Cette découverte a le potentiel de conduire des progrès spectaculaires en médecine. » a déclaré le Dr Theise. « Cela inclut la possibilité que l’échantillonnage direct du liquide interstitiel puisse devenir un puissant outil de diagnostic. »

Mots-clés médecinesanté

Share this post

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !