Clicky

Désolé mais les sextoys aussi peuvent être piratés

Selon Trend Micro, les objets connectés ne sont pas aussi sécurisés qu’on pourrait le croire et il est même très facile de les pirater. L’éditeur a d’ailleurs organisé une magnifique démonstration en s’appuyant sur un sextoy, et plus précisément sur un vibromasseur connecté. Amusant, non ? Certes, mais il faut avouer que cela fait aussi un peu froid dans le dos.

Trend Micro et la sécurité, c’est une longue histoire d’amour. L’entreprise a effectivement été fondée en 1988 par Steve Chang et elle n’a eu aucun mal à trouver sa place sur le secteur.

Hacking sextoy

Les sextoys aussi peuvent être piratés.

Il faut d’ailleurs savoir qu’elle a obtenu un contrat avec le Ministère de l’Education Nationale en 2010 pour équiper les écoles, les collèges et les lycées de toutes les académies françaises.

Trend Micro a utilisé un vibromasseur pour démontrer la vulnérabilité des objets connectés

Bref, l’éditeur connaît bien son affaire et ses experts maitrisent bien toutes les questions en lien avec la sécurité.

Il est présent à Hanovre cette semaine pour la nouvelle édition du CeBIT et il a profité de l’occasion pour tirer la sonnette d’alarme et pour attirer l’attention des gens sur les vulnérabilités propres aux objets connectés.

Ce n’est pas vraiment une révélation mais ce marché est en plein essor depuis quelques années et la tendance n’est sans doute pas prête de s’inverser, pas si l’on en croit les analystes. Le problème, c’est que les constructeurs ont parfois tendance à brûler les étapes et certains d’entre eux « oublient » même de sécuriser leurs produits.

Udo Schneider, un des portes-paroles de la société, a donc organisé une petite démonstration pour étayer ses propos.

Il a commencer par placer un sextoy sur un bureau situé en face de lui. Un sextoy, et plus précisément un magnifique vibromasseur rose équipé de néons. Le public présent sur place n’a pas pu s’empêcher de ricaner mais ce n’était évidemment pas le clou du spectacle.

Il n’a eu besoin que de quelques lignes de code pour prendre le contrôle du sextoy

Non, car l’homme s’est ensuite collé sur son ordinateur et il a tapé quelques lignes de code dans la foulée. Là, contre toute attente, le vibromasseur a commencé à se mettre en route alors que personne n’avait posé la main dessus.

Cette démonstration est plutôt amusante mais elle soulève également pas mal de questions.

S’il est possible de pirater aussi facilement un vibromasseur, alors pourquoi ne pas en faire autant avec un coach électronique, une montre connectée ou même un casque à réalité virtuelle ?

Share this post

Frédéric Pereira

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.