D’étranges émissions ont été détectées en provenance d’un pulsar

Les pulsars sont considérés comme des types particuliers d’étoiles à neutrons, qui sont des astres composés essentiellement de neutrons et qui sont issus de l’effondrement gravitationnel du cœur d’une étoile massive lorsque celle-ci n’a plus de combustible nucléaire.

Les scientifiques viennent de découvrir que l’un des pulsars que nous avons pu observer, du nom de RX J0806.4-4123, a un comportement complètement différent de ses semblables.

Pulsar

Un pulsar pas comme les autres

Les pulsars sont connus pour produire un signal périodique allant de l’ordre de la milliseconde à quelques dizaines de secondes. Ils tournent également très vite sur eux-mêmes et émettent un fort rayonnement électromagnétique dans la direction de leur axe magnétique. Mais RX J0806.4-4123 a été surpris en train de faire quelque chose qui n’a jamais été vu auparavant. Il émet à très grande distance des rayonnements infrarouges, et seulement des rayonnements infrarouges. Cette découverte inédite pousse les scientifiques à penser que ce pulsar pourrait avoir des caractéristiques jamais observées dans aucun autre pulsar.

L’astrophysicienne Bettina Posselt, de Penn State, explique que « cette étoile à neutrons appartient à un groupe de sept pulsars à rayons X très proches – surnommés les ‘Sept Magnifiques’ – qui sont plus chauds qu’ils ne devraient l’être compte tenu de leur âge et de leur réservoir d’énergie disponible fourni par la perte d’énergie de rotation ». Pour expliquer le comportement inhabituel du pulsar RX J0806.4-4123, les scientifiques ont émis deux hypothèses.

Les raisons probables du comportement de RX J0806.4-4123

La première hypothèse des scientifiques est qu’il pourrait y avoir un « disque de secours » de matériau qui aurait fusionné autour de l’étoile à neutrons après la supernova. Un tel disque serait composé de matière provenant de l’étoile massive mère. Une fois entré en contact avec l’étoile à neutrons, ce disque aurait pu chauffer le pulsar et ralenti sa rotation.

L’autre explication serait un type particulier de nébuleuse, appelé nébuleuse de vent de pulsar. On les trouve dans les restes de supernova, lorsque le matériau laissé par l’explosion de l’étoile est repoussé par un vent puissant provenant d’un pulsar. Cela creuse une cavité dans la nébuleuse. Si RX J0806.4-4123 est bien une nébuleuse de vent de pulsar, ce serait néanmoins un cas jamais vu auparavant d’après les scientifiques.

Il faudra probablement attendre jusqu’en  2021, lorsque le télescope spatial James Webb sera lancé, pour en savoir plus sur cet étrange pulsar. L’étude complète est disponible via le site Web de Hubble.