Quand deux décennies de données partent en fumée à cause d’un piratage catastrophique

En deux heures seulement, VFEmail a vu disparaître un grand nombre de données et de sauvegardes stockées dans ses serveurs. Le fournisseur de messagerie électronique a été la victime d’un piratage informatique, ce qui a provoqué une panne de serveurs, puis le formatage de ces derniers.

Les hôtes de machine virtuelle, les hôtes de messagerie et le cluster de serveurs SQL… Apparemment, l’intégralité des infrastructures de VFEmail est endommagée.

Piratage sous-titres

La page d’historique de VFEmail confirme que la destruction des données résulte d’un piratage informatique. Les informations collectées ont également permis d’identifier le pseudo du hacker : aktv@94.155.49.9. Selon Rick Romero, fondateur de l’entreprise, il s’agirait d’une adresse IP ou, plus précisément, d’une hôte de machine virtuelle.

Pour limiter les dégâts, VFEmail recommande à ses clients de n’utiliser le service de messagerie sous aucun prétexte. Cette solution s’applique même aux utilisateurs de comptes gratuits.

Lundi noir pour VFEmail

Romero s’est efforcé de transmettre les nouvelles au fur et à mesure via son compte Twitter. Ainsi, le premier post date du lundi matin lorsque ce dernier dénonce une panne de serveurs. Évidemment, toutes les informations étaient relayées par le compte Twitter de VFEmail.

Celui-ci a affirmé que l’assaillant a formaté le serveur de sauvegarde.

Mardi matin, Romero annonce de manière officielle que « oui, VFEmail est effectivement parti ». « Il ne sera probablement pas rétabli », avance – t – il avant d’ajouter qu’il n’aurait jamais pensé que quelqu’un se soucierait de son travail au point de vouloir tout détruire complètement.

Pour information, ce fournisseur de messagerie électronique a vu le jour en 2001.

Des années d’efforts réduites à néant

Le piratage informatique a engendré des dégâts considérables. Jusqu’à ce jour les autorités ne connaissent pas la véritable raison de l’attaque.

On suppose néanmoins qu’il s’agit d’une forme de racket à base de ransomware, mais aucun responsable de VFEmail n’a indiqué avoir vu le message de la rançon. D’autres supposent que l’entreprise a été la victime d’une rancune personnelle.

Selon Romero, le pirate informatique détenait plusieurs mots de passe. Pour étayer ses dires, il a souligné qu’au moins trois méthodes différentes ont dû être utilisées pour tout mettre en scène.

? Le Xiaomi Mi Mix 3 tombe à 442 € avec un coupon de réduction