Deux médicaments contre l’Ebola pourraient augmenter le taux de survie chez les patients atteints de la maladie

Le lundi 12 août dernier, les responsables de la lutte contre le virus Ebola ont annoncé  que deux médicaments expérimentaux ont réussi à diminuer le nombre de décès selon les premiers résultats.

Ces derniers proviennent du programme dénommé PALM qui vise à tester de nouveaux traitements contre la maladie meurtrière.

Crédits Pixabay

Le projet PALM a vu le jour en 2018 lors de l’épidémie d’Ebola qui a touché et qui touche encore aujourd’hui la République Démocratique du Congo. Cette épidémie a été qualifiée comme étant la seconde plus grande épidémie d’Ebola jamais enregistrée.

Les responsables de la campagne contre la maladie du côté de la RDC avaient comme objectif de faire participer 725 patients dans les tests, mais ils n’ont utilisé que les données de 499 participants pour l’analyse préliminaire des résultats.

Remplacer ZMapp

ZMapp est une thérapie utilisant un mélange d’anticorps qui a donné des résultats assez encourageants lors d’une précédente épidémie. Toutefois, les chercheurs n’ont pas pu obtenir assez de données pour conclure que ce traitement a empêché des décès. Au fil du temps, ZMapp est devenu le traitement standard utilisé en cas d’Ebola.

Le programme PALM a introduit trois nouveaux médicaments qui ont été comparés à ZMapp. Ces trois nouveaux traitements sont l’anticorps monoclonal mAb114, développé par des chercheurs du National Institute of Allergy and Infectious Diseases, REGN-EB3, un mélange de trois anticorps développé par Regeneron Pharmaceuticals, et finalement un antiviral nommé Remdesivir fabriqué par Gilead.

Des résultats prometteurs

D’après les premiers résultats obtenus, 49% des patients traités utilisant ZMapp sont décédés, contre 53% pour ceux ayant été traités avec Remdesivir. Pour les deux autres médicaments, 29% des patients ayant pris du REGN-EB3 sont décédés, contre 34% pour ceux traités avec le mAb114.

Les chercheurs ont aussi observé que les patients présentaient une plus grande chance de survie lorsqu’ils étaient traités durant les premiers stages de la maladie. Ainsi, seulement 6% de ceux qui ont été traités tôt avec le REGN-EB3 ont succombé, contre 11% pour mAb114. ZMapp et Remdesivir ont été moins performants avec respectivement 24% et 33%.

Avec ces résultats préliminaires, les chercheurs ont décidé de ne plus utiliser que REGN-EB3 et mAb114 pour les futurs tests. En tout cas, espérons que les scientifiques trouveront finalement la combinaison idéale pour pouvoir éliminer le virus Ebola et mettre fin à cette épidémie.

Mots-clés Ebolasanté