Diabète : un scanner connecté désormais remboursé

Une invention va révolutionner le quotidien des diabétiques dès ce mois de juin. Il s’agit de la commercialisation d’un système de lecture à distance du taux de glycémie qui sera remboursé à 100%.

Une bonne nouvelle pour les personnes atteintes de diabète, pour que leur quotidien devienne moins contraignant.

L’avenir promet l’arrivée d’un « pancréas artificiel » pour réguler à nouveau la glycémie et solutionner cette pathologie grâce à des technologies toujours plus discrètes.

L’innovation au service de la santé

Habituellement, cette maladie oblige les personnes à effectuer des glycémies capillaires, c’est-à-dire de se piquer les bouts des doigts, parfois plusieurs fois par jour, pour obtenir leur taux de sucre dans le sang grâce à une goutte de sang.

Un système contraignant auquel la personne doit constamment penser, et qui conduit souvent à une légère perte de sensibilité aux extrémités des doigts à force d’effectuer ces prélèvements.

Tout cela ne pourrait devenir qu’un mauvais souvenir grâce au remboursement à 100% par la sécurité sociale d’un dispositif de lecture à distance. Selon les experts, 300 000 malades pourraient adopter rapidement ce système en France.

Le FreeStyle Libre consiste en un petit patch à coller en haut du bras qui intègre un filament qui se glisse légèrement sous la peau pour mesurer par réaction électrochimique le taux de glucose dans les tissus. Ainsi, plus besoin de s’auto piquer plusieurs fois par jour.

Scanner sa glycémie, synonyme d’un confort inégalé

Le résultat se transmet sur un boitier compact qu’il suffit de passer au-dessus du capteur pour afficher instantanément le taux de sucre. Avantage, il fonctionne au travers d’un vêtement.

Le patch pourra même fonctionner avec un smartphone équipé de l’application Libre Link. Les données affichent l’historique des huit heures précédentes pour indiquer à travers une courbe l’estimation des fluctuations du taux à venir.

De quoi connaitre plus facilement sa glycémie, pour en accroître la surveillance et mieux gérer, le cas échéant, les injections d’insuline pour prévenir les hypoglycémies. Des systèmes similaires existaient déjà, à la seule différence qu’ils étaient filaires (donc à porter sur soi en permanence) et surtout… onéreux. En effet, un boitier livré avec deux capteurs coûte environ 170 euros, puis 60 euros supplémentaires par capteur, pour une durée de vie d’une quinzaine de jours.

Ici, le FreeStyle Libre porte bien son nom en offrant une grande liberté à son utilisateur. Le dispositif est facile à porter et peu visible puisqu’il ne se compose que d’un patch de la taille d’une pièce de 2 euros et de son smartphone (ou du petit boitier à ranger dans sa poche), contrairement à la pompe à insuline qui nécessite d’avoir sur soi un appareil un peu plus imposant, et surtout relié à la peau pour diffuser l’insuline.

Nul doute qu’à l’avenir, ces technologies évolueront pour prendre toujours moins de place et faciliter la vie des patients. Toujours plus connectées, elles se dématérialisent et gagnent en intelligence, en polyvalence, et en simplicité.

Le pancréas artificiel sera un boitier encore plus efficace puisqu’il gérera automatiquement toutes les actions relatives à l’homéostasie glycémique. De bonnes nouvelles pour lutter contre cette pathologie qui touchent près de 4 millions de personnes en France.