Clicky

Diaspora* : ouverture le 15 septembre 2010

Tout le monde connaît Facebook, et plus précisément certaines de ses exactions. Le réseau social n’est en effet pas réputé pour la fiabilité avec laquelle sont gérées les données personnelles. C’est en partant de ce principe que quatre étudiants new-yorkais ont eu l’idée de développer un réseau social open source et reposant sur un réseau décentralisé, donnant ainsi naissance à Diaspora*. Certains d’entre vous le connaissent déjà, d’autres non, mais c’est le 15 septembre prochain que ce dernier ouvrira enfin ses portes.

La principale originalité de Diaspora* repose sur son architecture. Car en effet, cette dernière est totalement décentralisée, ce sont donc les utilisateurs qui gèreront leurs propres données personnelles lorsqu’ils se connecteront au réseau social. Ils devront donc installer une instance de Diaspora* sur leur machine pour devenir un véritable serveur à part entière, un serveur capable ensuite de communiquer avec les serveurs personnels des autres utilisateurs. Le tout sous GNU Privacy Guard histoire d’éviter les intrusions et sous la licence open source aGPL pour que tout le monde soit content.

D’un certain sens, on pourrait schématiser et présenter Diaspora* comme le Napster des réseaux sociaux, donc.

Alors bien sûr, pour rendre ce projet pérenne, encore faut-il le financer correctement. Et bien justement, les quatre étudiants semblent avoir pensé à tout. Les utilisateurs ne souhaitant pas paramétrer leur ordinateur pour profiter du service pourront accéder à une version clé en main payante fonctionnant sur le même modèle que la plateforme de blog WordPress.com. La question qui reste en suspens, bien sûr, c’est de savoir si les internautes seront prêts à payer pour ce qu’ils peuvent trouver gratuitement ailleurs.

Et c’est finalement au niveau des fonctionnalités proposées que tout va se jouer. Si la première version de Diaspora* restera très traditionnelle – l’utilisateur pourra discuter avec ses amis, échanger des données –, les futures fonctionnalités annoncées risquent de vous mettre l’eau à la bouche. Et pour cause puisque le réseau devrait, à terme, intégrer un logiciel de messagerie instantanée, la transmission de données par BitTorrent ou encore… la VoiP !

Notons également que les quatre étudiants aimeraient, à terme, utiliser le réseau Tor pour améliorer l’anonymat des utilisateurs de Diaspora*.

Autant dire que les idées ne manquent pas et que Diaspora* est sans doute l’un des projets les plus prometteurs du moment. La suite le 15 septembre prochain.

Via

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.