Clicky

D’ici 2020, Intel aura totalement tourné le dos au BIOS

Laisser totalement tomber le BIOS au profit de l’UEFI d’ici 2020. Voilà l’un des projets d’Intel pour les prochaines années et il n’a rien d’une surprise pour les connaisseurs, la question d’une disparition prochaine du BIOS faisant déjà partie des sujets d’actualité depuis quelques années maintenant dans le petit monde de l’informatique.

Ce projet d’Intel, nous en prenons toutefois connaissance au travers d’un document qu’UEFI.org a publié dernièrement. Il s’agit plus précisément d’un diaporama laissant entrevoir le plan d’action d’Intel visant à mettre définitivement au rebut le BIOS – qui commence effectivement a avoir l’âge de ses artères. Reste maintenant à savoir si ce plan de route d’Intel parviendra à s’exécuter comme prévu au cours des trois prochaines années que la firme s’accorde en la matière.

La firme californienne a publié son plan d’action visant à laisser le célèbre BIOS de côté au profit de l’UEFI, plus récent et surtout plus agréable à l’œil.

Quoi qu’il en soit il est peut-être nécessaire de faire le point sur ce que sont le BIOS (Basic Input Output System) et l’UEFI (Unified Extensible Firmware Interface)… Derrière ces acronymes barbares se cachent de simples systèmes directement intégrés aux cartes mères de n’importe quel ordinateur, permettant notamment de faire le relais entre les composants et le système d’exploitation lors du démarrage.

BIOS et UEFI : une cohabitation qui n’a plus vocation à perdurer…

Si au départ le BIOS faisait cavalier seul, ce dernier est depuis quelques années accompagné dans sa tâche par l’UEFI, qui fait grosso modo le même boulot, mais avec une interface plus attrayante pour l’utilisateur et des fonctionnalités plus complètes (en particulier du côté de certaines fonctions en lien avec le réseau). On pourrait alors se demander pourquoi l’UEFI n’a pas – déjà – pris le dessus sur son petit camarade, mais ce serait sans compter sur certains problèmes de compatibilité.

Les premières versions de l’UEFI permettent en effet de passer par le BIOS pour permettre la rétrocompatibilité de certains éléments logiciels ou matériels qui ne pourraient fonctionner autrement. Il s’agit donc de passer petit à petit sur la version class 3 de l’UEFI pour se passer de cette rétrocompatibilité.

L’avantage premier de cette migration vers la nouvelle version du système (au-delà du fait de simplifier les choses) touche à la question de la sécurité. Intel rappelle par exemple que – contrairement à l’UEFI – le BIOS ne profite pas du démarrage sécurisé.

Nathan

Breton (presque) pure souche, Nathan est un nerd mordu d'Histoire avec un grand H et de Rock avec un grand R. Selon lui, en matière de musique, plus c'est vieux... mieux c'est.