Clicky

D’ici 2100, la canicule rendra l’Asie du Sud inhabitable

Pendant que nous connaissons un été caniculaire aux températures exceptionnelles, une nouvelle étude révèle que d’ici 2100, l’Asie du Sud deviendra en partie inhabitable à cause de la chaleur mortelle.

Le phénomène du réchauffement climatique gagne sans cesse de l’ampleur, à tel point qu’à la fin du siècle, il redéfinira certaines zones habitées du globe et obligera à des déplacements majeurs, notamment en Asie du Sud, où la température moyenne sera de 35°c.

Le réchauffement gagne en vitesse, mais également en intensité, et les conséquences – auparavant abstraites – se constatent de plus en plus fréquemment.

Un constat catastrophique pour l’avenir

De nouvelles recherches publiées dans la revue Science Advances le 2 août 2017 révèlent donc des constats très inquiétants quant à l’évolution du climat mondial pour les décennies à venir. Elles ont été menées par l’enseignant en ingénierie environnementale Elfatih Eltahir ainsi que par des équipes du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et de la Loyola Marymount University de Los Angeles.

L’Asie du Sud est une zone qui regroupe une densité de population très élevée. En effet, elle concentre 1/5ème de la population mondiale. La pollution permanente dans cette partie du globe est ainsi très élevée. Les chercheurs révèlent que si rien n’est fait de manière concrète et rapide pour réduire drastiquement les émissions de gaz à effets de serre, cette partie de l’Asie pourrait devenir tout simplement inhabitable à l’horizon 2100.

« L’augmentation des températures et de l’humidité en été pourrait atteindre des niveaux excédant la capacité de l’organisme humain à survivre sans protection » explique Elfatih Eltahir. Il rajoute : « ces vagues de chaleur mortelle pourraient même se produire d’ici seulement quelques décennies dans des régions d’Inde, du Pakistan et du Bangladesh, y compris dans les bassins fertiles de l’Indus et du Gange, d’importantes régions de production agricole. »

Tout de même, une once d’optimisme

Il faut dire que les constats de l’accélération du réchauffement climatique se font déjà un peu partout à travers le monde. À cette allure, le calvaire pourrait bien débuter bien plus tôt que ce qui est annoncé. Dans cette même lignée, chaque année, la date à laquelle la planète a consommé toutes ses ressources et vit à crédit est avancée.

La capacité des humains à survivre dans un tel environnement sera mise à mal, du fait de l’assèchement des terres arables, ce qui pourrait créer des centaines de millions de migrations climatiques. C’est la première étude qui se concentre sur la chaleur humide étouffante, qui est encore pire que la chaleur « sèche » subie par les Européens durant l’été.

L’enseignant se veut tout de même rassurant, en précisant qu’il sera possible d’éviter ces vagues de chaleur uniquement si suffisamment d’émissions de gaz à effets de serre sont réduites pour contenir l’expansion du réchauffement climatique… ce fléau cataclysmique !

Share this post

JB

Infirmier | Passionné par les nouvelles technologies et la photo