Disney accusé d’espionnage auprès des enfants

Disney se trouve actuellement en plein cœur d’une nouvelle polémique. L’entreprise et ses collaborateurs sont accusés de collecter des données auprès des enfants par le biais d’applications mobiles qui seraient dotées d’un logiciel de traçage. Parmi ces jeux mobiles, on peut citer notamment « Star Wars : Commander » ou « Vaiana : Village des îles ». Les informations collectées par Disney via ces outils seraient par la suite revendues sans l’aval des parents à des fins publicitaires.

Ces accusations ont été portées par Amanda Rushing qui a déposé une action en justice contre la légendaire société. D’après la plaignante, près de 43 applications de jeux Disney contiennent des logiciels qui peuvent collecter toutes sortes d’informations comme l’âge ou encore l’adresse électronique de l’utilisateur mineur.

Disney

En dehors de Disney, trois autres sociétés sont entachées par cette affaire, à savoir Upsight Inc, Kochava Inc et Unity Technologies SF.

Violation de la loi COPPA – Children’s Online Privacy Protection Act

Si les accusations portées par Amanda Rushing s’avèrent justifiées, Disney sera accusé de violation de la loi fédérale sur la protection de la vie privée en ligne des enfants-  ou COPPA – qui a été promulguée à la fin des années 90 (1998) aux États-Unis.

Suite à la déclaration d’Amanda Rushing, de nombreux consommateurs américains se sont regroupés et ont porté plainte contre Disney. Ils exigent notamment l’interdiction pour le géant américain de collecter des données sur les mineurs sans accord parental et un dédommagement financier.

En 2011, Disney avait déjà fait l’objet de poursuites judiciaires concernant ce genre d’affaires. La société avait alors été condamnée à une amende de trois millions de dollars par la FTC pour avoir utilisé les données des utilisateurs qui s’avéraient être mineurs.

Disney réfute les accusations

Toutefois, cette fois-ci, Disney dément toutes les accusations qui ont été portées à son encontre et a affirmé dans un communiqué qu’elle respecte à la lettre la loi COPPA et que les plaintes sont basées sur des mauvaises interprétations de ladite loi.

Pour redorer son blason, Disney compte se défendre bec et ongle en justice. Un échec serait un tremplin pour ses concurrents pour ternir davantage son image.

En tout cas, la situation est délicate pour la firme et elle doit la négocier au mieux.

Mots-clés disney