Donald Trump n’a pas la cote sur le darknet

Donald Trump n’a pas que des fans, c’est indéniable, et pas mal de gens ont ainsi très mal vécu le résultat des dernières élections présidentielles américaines. Beaucoup ont montré leur indignation sur les réseaux sociaux, certains ont préféré descendre dans la rue pour manifester. Un internaute a voulu aller plus loin en lançant une levée de fond pour financer l’assassinat du futur président des États-Unis.

Tout a commencé au début du mois lorsqu’un site est brusquement apparu sur le darknet. Doté d’une charte volontairement sombre et dépouillée, il faisait apparaître la photo du président dans une cible et un QR Code, avec quelques lignes expliquant le concept.

Terminate Trump

Voici l’image qui figurait sur la première version de ce site.

Un concept assez simple au demeurant, car le créateur du site se réclamait d’une organisation « secrète » et « bien connue », une organisation prête à organiser l’assassinat de Trump et de son vice-président, Mike Pence.

Une levée de fonds pour assassiner Trump

L’organiser oui, mais en échange de quelques billets verts. Le texte expliquait en effet qu’une telle opération nécessitait un budget conséquent afin d’acheter le matériel et de payer les agents chargés de la mission. Les internautes intéressés par ce surprenant projet pouvaient donc le soutenir en envoyant de l’argent sur une adresse Bitcoin créée pour l’occasion.

En tombant sur ce site, CSO Online a immédiatement lancé une enquête et le site a ainsi constaté que le portefeuille associé à cette adresse contenait un peu plus de 88 000 $.

Plus surprenant, en examinant l’historique public des transactions, il a découvert que l’adresse avait enregistré un seul transfert depuis la mise en ligne du site, un transfert de 119 $.

L’International Business Times a lui aussi entendu parler de cette étrange affaire et il a lancé une enquête parallèle de son côté. Après avoir passé en revue le code source de la page impliquée, il a trouvé un script faisant mention à un hacker du nom de 1K4, avec une autre adresse Bitcoin renvoyant cette fois vers un portefeuille contenant 115 Bitcoins, soit une somme équivalente à 88 000 $.

Après plusieurs heures passées à fouiner en ligne, l’IBT a réussi à remonter la trace de ce hacker et à le contacter. Ce dernier a accepté de répondre aux questions de nos confrères.

Un hacker et une escroquerie sur fond de Bitcoin

Il a ainsi expliqué qu’il n’était pas à l’origine de la création de ce site et que cette page avait été mise en ligne par un Canadien parfaitement ordinaire et plus précisément par un ancien employé de Best Buy. D’après lui, l’homme aurait voulu profiter de la vague d’indignation suscitée par le résultat des élections présidentielles pour se remplir facilement les poches.

En tombant sur cette page, le hacker aurait donc entrepris de lui jouer un vilain tour en s’introduisant sur son serveur afin de remplacer l’adresse Bitcoin de l’escroc par la sienne.

L’affaire a ensuite été reprise par de nombreux autres quotidiens et plusieurs d’entre eux ont laissé entendre dans leurs articles que 1K4 avait été surtout motivé par l’argent. Froissé, le hacker a donc lancé une nouvelle attaque contre le site et il a remplacé sa page d’accueil par un message de son cru, un message dans lequel il explique n’avoir pas touché le moindre centime dans l’opération.

Les 88 000 $ provenaient d’autres transactions pas forcément plus légales, mais n’ayant aucun lien avec ce site ni même avec l’assassinat de Trump.

Le message est toujours en ligne à l’heure actuelle. Il donne le nom du créateur du site et il explique posément toute l’affaire sans pour autant fournir la moindre preuve. En l’état, personne ne sait si cette escroquerie a bien été organisée par ce Canadien, ni même d’où provenait l’argent amassé sur ces comptes Bitcoins.

Une journée ordinaire sur le darknet, en somme.

Mots-clés darknetweb