Donald Trump n’a pas l’air d’apprécier la cryptomonnaie de Facebook

Dans un de ses derniers tweets, Donald Trump semble s’en prendre à Libra. Le président américain a notamment manifesté ses préoccupations vis-à-vis de la cryptomonnaie de Facebook.

Comptant aujourd’hui une vingtaine de partenaires, le projet de cryptomonnaie du numéro un mondial des réseaux sociaux attire largement l’attention de l’administration Trump. Jerome Powell a ainsi déclaré il y a quelques jours aux membres des deux chambres du Congrès américain qu’il n’était pas sûr de la fiabilité de Libra.

Trump Ecologie

Crédits Image Pixabay

Comme l’indique Wired.com, les préoccupations du président de la Réserve fédérale des États-Unis concernent des « questions liées à la protection de la vie privée et au blanchiment d’argent », sans oublier les impacts sur la politique monétaire internationale. Donald Trump n’a pas attendu longtemps pour tenir des propos soutenant cette déclaration.

Le locataire de la Maison Blanche a notamment publié sur Twitter des messages qui ciblent la cryptomonnaie de Facebook.

« Pas fan de Bitcoin et d’autres cryptomonnaies »

« Je ne suis pas un fan de Bitcoin et d’autres cryptomonnaies, qui ne sont pas de l’argent, et dont la valeur est très volatile et basée sur l’air du temps », a tweeté le président américain. À lui d’ajouter : « les actifs cryptographiques non réglementés peuvent favoriser les comportements illicites, notamment le trafic de drogue et d’autres activités illégales. »

Donald Trump a publié ce tweet alors que Facebook subit actuellement un contrôle minutieux de ses projets par des régulateurs américains et étrangers. De son côté, la Fed n’a pas manqué d’exprimer sa crainte vis-à-vis de la façon dont Libra est censée fonctionner. La banque centrale américaine craint notamment que le système envisagé par la société de Mark Zuckerberg n’opère dans le vide en dehors des cadres existants en matière de politique monétaire mondiale.

Facebook se veut rassurant

Pour ceux d’entre vous qui ne le savent pas encore, notez qu’en plus de Libra, Facebook est en train de développer un porte-monnaie électronique baptisé Calibra. Celui-ci est censé permettre aux internautes d’effectuer des paiements via WhatsApp, Instagram ou une application autonome.

Bien évidemment, le projet alimente encore plus les préoccupations des autorités américaines.

Compte tenu de cette situation, la firme a récemment indiqué qu’elle ne superviserait pas Libra et ne se comporterait pas comme une banque. Au lieu de cela, elle fera appel à une association pour assurer le bon fonctionnement de sa cryptomonnaie. L’association en question sera basée à Genève, en Suisse, et devrait réunir une centaine d’organisations.

Mots-clés facebookLibra