Donald Trump veut racheter le Groenland

L’actuel président américain a récemment exprimé sa volonté de racheter le Groenland. Il a étalé les avantages de cette éventualité auprès de ses conseillers, tout en sachant que l’immense île recouverte de glace est un territoire autonome du Royaume de Danemark.

À titre de rappel, cette dernière est située entre l’Atlantique Nord et l’Arctique. D’ailleurs dans quelques semaines, le leader du monde libre compte visiter le pays pour la première fois.

groenland

Crédits Pixabay

L’idée n’est pas toute nouvelle. Les opinions divergent à la Maison-Blanche et au Département d’État. Certains soutiennent le concept tandis que d’autres le considèrent comme une fascination passagère irréalisable. Néanmoins, à l’heure actuelle, Washington semble réfléchir sérieusement à un moyen d’acquérir cet espace quasiment vierge.

Les États-Unis ont toujours été intéressés par la portée géopolitique et les ressources du Groenland, notamment en pétrole et en eau minérale. En 1946, le président Harry Truman avait déjà proposé cent millions de dollars au Danemark pour acheter toute l’île.

Le Groenland n’est pas à vendre

Le Groenland compte environ cinquante-six mille habitants. Les affaires intérieures sont, en partie, gérées par le gouvernement en place, mais la politique étrangère et la sécurité sont à la charge de Copenhague.

La Maison royale du Danemark et son ambassade à Washington se sont abstenues d’émettre des commentaires sur le sujet. Le pays entier semble être surpris par l’offre. La reine du Danemark, Margrethe II, n’a laissé entendre aucune réaction. Seule, la ministre des Affaires étrangères du gouvernement autonome du Groenland, Ane Lone Bagger, a fait une déclaration officielle : « Nous sommes ouverts aux relations d’affaires, mais nous ne sommes pas à vendre. »

C’est l’emplacement qui prime

Actuellement, les effets du réchauffement de la planète sur l’île sont désastreux. La fonte rapide des glaces a entraîné une hausse importante du niveau de la mer depuis 2003.

Par la même occasion, l’accès aux nappes pétrolifères devient plus facile. Pour certains, la coïncidence de l’annonce du projet de rachat avec cette situation suffit pour mettre en doute les réelles intentions de Trump. De plus, le monde entier connaît son opinion sur le réchauffement climatique.

Pour certains observateurs, l’idée de racheter le Groenland serait visiblement liée à son passé d’homme d’affaires œuvrant dans l’immobilier. Dans ce domaine, c’est l’emplacement qui prime. D’ailleurs, l’année dernière, lors du sommet à Singapour, il n’a pas hésité à proposer un projet de développement touristique avec la Corée du Nord.

« Les plages y sont merveilleuses. On le voit chaque fois qu’ils font exploser leurs canons dans la mer. Je me suis dit que cela ferait de super apparts », a-t-il déclaré aux journalistes, lors de sa visite.