Clicky

Dragalia Lost : Nintendo tentera d’imposer une nouvelle IP sur mobiles dès le 27 septembre

Avec des Miitomo, Super Mario Run, Animal Crossing: Pocket Camp et autres Fire Emblem Heroes, Nintendo a eu le temps de signaler sa présence au public mobile. Ce dernier se montrera-t-il tout aussi intéressé par Dragalia Lost, la première franchise originale du géant nippon sur smartphones et tablettes ?

On se doute bien que Nintendo va faire le nécessaire pour que les joueurs associent son nom à ce Dragalia Lost développé avec Cygames, des spécialistes du jeu mobile. Ce n’est toutefois pas gagné, en dépit d’un récent Nintendo Direct (filez à 34:55 pour gagner du temps), tant cet action RPG respire le déjà-vu.

À commencer par son pitch, dépeignant un monde où être humains et dragons vivent en parfaite harmonie, jusqu’au jour où un élu prend les armes pour sauver son monde ainsi mis à mal par une relique protectrice perdant sensiblement de son pouvoir.

Dragalia Lost, un nouveau Nintendo pas encore prévu sur les mobiles européens

Si les membres de votre escouade pourront tisser des liens avec des dragons, ils auront également le pouvoir de se transformer en de telles créatures (avec des mécaniques de gameplay apparemment propres à chacun), parce que Breath of Fire est mort et que le pillage de cadavres n’est semble-t-il plus défendu depuis la sortie de la Switch. Les aventuriers que vous trimballerez, une soixantaine au total, se classeront en quatre catégories : attaque, défense, soutien et guérison. Les combats suivront la logique du pierre-feuille-ciseaux, mais la réflexion ne sera pas trop sollicitée puisqu’il devrait s’agir de tapoter son écran la plupart du temps. Gare toutefois aux dangers de l’environnement (comme le feu, terrible).

Veuillez également noter la présence d’un multijoueur local qui permettra la réunion d’un maximum de quatre joueurs, et ce dans tous les modes de jeu (évènements spéciaux inclus). Prévu pour débouler sur périphériques iOS et Android le 27 septembre prochain aux États-Unis, au Japon, à Hong Kong, à Taïwan et même à Macao, Dragalia Lost n’est toutefois pas encore prévu pour le marché européen. Tout ça au final pour un énième free-to-play que Nintendo insiste à appeler free-to-start alors que le terme free-to-waste-some-money serait bien plus adapté.

Mots-clés nintendo