Clicky

Des drones en cage pour des livraisons sans danger

Beaucoup de projets s’établissent autour de la livraison par drone. Néanmoins, plusieurs obstacles se dressent encore à leur développement, notamment au niveau de la sécurité. Si un drone livre un colis à un client, il se pose l’obstacle de la réception du colis, car les hélices du drone tournent à une grande vitesse. En 2015, Enrique Iglesias s’est d’ailleurs gravement blessé en tentant de prendre un drone filmant son concert dans ses mains. Une hélice lui a alors entaillé un de ses doigts.

Pour réduire ces risques, des projets ont été élaborés pour qu’une livraison par drone se fasse près de l’endroit de la livraison et où un technicien qualifié s’occupe de la réception du drone et du détachement du colis. Cependant, des scientifiques de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne optent pour une autre approche.

Drone Cage

Cela consistera à livrer directement le colis dans les mains de son destinataire. Cela permettrait l’acheminement de soins ou de vivres à des personnes dans des endroits reculés ou inaccessibles.

Une cage protégeant à la fois le drone et le destinataire du colis

Pour concrétiser ce projet, les chercheurs ont eu l’idée de mettre le drone dans une cage composée de fibre de carbone. Un dispositif va permettre de suspendre une trousse contenant le colis à l’intérieur de la cage. Le colis devra peser cinq cents grammes au maximum.

Ce dispositif permettra de préserver le destinataire du colis d’une blessure causée par les hélices, mais aussi de protéger le drone d’une potentielle chute ou d’un contact avec un obstacle. En 2013, l’EFPL avait déjà développé une machine avec le même système d’encagement.

Cela a permis à la machine de se mouvoir dans la forêt sans percuter d’arbres.

Un moteur qui se coupe automatiquement à l’ouverture de la cage

La différence avec le drone encagé c’est que le destinataire du colis pourra ouvrir la cage afin de récupérer son colis. En l’ouvrant, les moteurs se couperont automatiquement. Il sera d’ailleurs possible de remédier à l’encombrement de la cage en l’ouvrant entièrement.

Przelyslaw Kornatowski, un des concepteurs de la machine a d’ailleurs déclaré que l’espace occupé par le drone s’en trouvait réduit de 90%. Les chercheurs ont mis au point un logiciel permettant de piloter le drone et ainsi d’effectuer des tests. En tout, cent cinquante vols ont été effectués et tous ont réussi.

En ce qui concerne la sécurité du logiciel, l’EPFL souligne que le drone est pourvu d’un logiciel de sécurité antipiratage.

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !