Web

Dropbox veut synchroniser le monde

Okay, le titre de mon article laisse vachement à désirer mais j’ai pas trouvé mieux pour le moment. Car en effet, le grand patron de Dropbox a été interviewé par le magazine Fortune et il a été amené à s’exprimer sur l’avenir de son fantastique service. Et vous savez ce qu’il a répondu au journaliste qui l’a interrogé ? Tout simplement que son objectif consistait à faire disparaître nos pauvres disques durs et qu’il comptait bien un jour pouvoir synchroniser toutes les données de nos appareils numérique, y compris notre télévision, notre appareil photo et notre voiture. Pas mal, non ?

Il faut bien l’avouer, Dropbox est un service très utile. Tenez, comme n’importe quel blogueur, j’ai été amené à testé une tonne de services web en tout genre. Certains promettaient monts-et-merveilles, d’autres se décrivaient comme de véritables révolutions numériques et finalement il y en a très peu qui sont parvenus à s’imposer dans mon quotidien. Parmi ces rares chanceux, on trouve bien évidemment Dropbox. Que ce soit sur mes différentes bécanes ou même sur mes mobiles, il est parvenu à s’incruster comme personne avait lui et j’aurais vraiment beaucoup de mal à m’en passer.

Drew Houston, le patron de la boîte qui produit Dropbox, est bien conscient du succès de cet outil mais ce n’est pas pour autant qu’il s’en satisfait. Selon lui, le service doit aller encore bien plus loin et ne plus se limiter à nos bijoux numériques. On peut donc imaginer qu’il sera décliné prochainement sur d’autres plateformes et on pense bien évidemment aux Google TV, Freebox Revolution ou encore Logitech Squeezetouch pour ne citer qu’elles. Sur le papier, forcément, ça met en appétit, on imagine ainsi nos télévisions connectées accéder à notre Dropbox de 500 To (soyons fous) pour lire tous les films de vacances de l’Oncle Teddy.

Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Dropbox compte également s’incruster dans d’autres services web tout aussi novateurs que lui. Un jour, il sera ainsi sans doute possible de se rendre sur son Flickr et d’afficher des albums photos stockés sur son Dropbox. L’intérêt de la chose étant que l’utilisateur n’aura alors rien d’autre à faire que de glisser ses clichés dans les bons dossiers de son Explorateur Windows ou de son Finder pour les envoyer sur le célèbre service de partage de photos. Et ainsi de suite, évidemment…

En revanche, pour lancer ces déclinaisons de son service, Dropbox n’aura d’autre choix que d’augmenter sa capacité de stockage. Ce qui veut tout simplement dire que la société va avoir besoin de plein de jolis serveurs en plus avec plein plein plein de disques durs derrière histoire de pouvoir tenir le coup. Autant dire que sans les financements qui vont avec, Dropbox aura bien du mal à entamer sa mutation. Notons d’ailleurs que la société va bientôt recruter puisqu’elle souhaite doubler ses effectifs.  Et en même temps, sachant que Dropbox est passé de 4 millions d’utilisateurs à plus de 25 millions en une année, je pense que la société n’aura aucun mal à trouver des investisseurs.

Mots-clés dropboxweb