Dubaï : un homme arrêté pour s’être prostitué sur Snapchat

Aux Émirats arabes unis, l’homosexualité est sévèrement punie. Récemment, un jeune Marocain âgé de 22 ans a été condamné à un an de prison ferme pour s’être prostitué sur Snapchat. Surfant sous le pseudonyme « kisses967 », il a téléchargé et publié quelques photos de lui nu dans le but d’attirer des clients.

Il a d’ailleurs reconnu avoir eu des relations sexuelles avec quelques-uns de ces derniers. Devant le tribunal, il a plaidé coupable.

Snapchat

Le jeune homme, dont l’identité n’a pas été dévoilée, serait entré à Dubaï avec un Visa de visite. Il se serait ensuite mis à la recherche d’un emploi. Le mois de son arrivée dans le pays, son profil a été débusqué par un lieutenant de la section de la cybercriminalité de la police de Dubaï. Un mandat d’arrêt a été lancé à son encontre, mais il s’est rendu aux autorités de son plein gré.

Le travailleur du sexe a été condamné pour « avoir offert des services sexuels sur Snapchat », relate le site local Gulf News. Il a fait appel à son jugement principal, demandant une peine plus légère, mais sa requête a été rejetée dimanche dernier par la Cour d’appel de Dubaï.

Des prix allant de 1 000 à 1 500 dirhams par client

« Après avoir identifié le coupable, nous avons diffusé un mandat d’arrêt. Il s’est rendu le lendemain matin à 10h. Au cours de son interrogatoire, il a affirmé s’être présenté sur Snapchat en tant que prostitué. Il a également téléchargé des images de ses parties intimes », a déclaré le lieutenant de police qui a découvert le profil lors d’une cyberpatrouille de routine.

« Il a en outre admis que lorsqu’il est tombé au chômage, il a décidé de gagner sa vie en ayant eu des rapports sexuels avec des hommes, pour des prix allant de 1 000 à 1 500 dirhams par client. Il a également déclaré avoir attiré plusieurs clients avant d’être exposé et avoir payé des relations sexuelles avec ces clients », a-t-il poursuivi.

Son téléphone a été confisqué par la police

« Abus des médias sociaux, partage d’images pornographiques et prostitution », tels seraient les faits reprochés au jeune Marocain, d’après Gulf News.

Les enquêteurs y ont trouvé un certain nombre de photos et de vidéos indécentes en fouillant dans son smartphone. La juridiction inférieure a ordonné la suppression des contenus pornographiques et la confiscation des dispositifs ayant servi à la publication des images.

Conformément à la décision du juge, le défendeur sera renvoyé au Maroc après avoir purgé sa peine. Notons que, dans un délai de 30 jours, il pourra encore porter l’affaire devant la Cour de cassation.

Mots-clés snapchat