Clicky

E3 2019 : Sony joue la carte du Blackout, pas de conférence, pas de présence sur le salon

C’est à un jeu risqué que semble se prêter Sony. La firme, qui annonçait dernièrement faire l’impasse sur une éventuelle édition 2018 de son PlayStation Experience, a confirmé hier à Variety qu’elle ne serait pas présente à l’E3 2019. Pour la première fois en 24 ans d’existence, le célèbre salon californien du jeu vidéo devra donc faire sans conférence PlayStation. Plus inédit encore, Sony ne tiendra pas non plus de stand sur l’expo. Une stratégie potentiellement risquée pour la marque nippone, qui devra donc se contenter de briller par son absence.

Reste à savoir si Microsoft profitera de l’énorme boulevard laissé par Sony pour faire sensation lors de la grand-messe annuelle du gaming. Difficile d’en être certains, mais il est clair que du côté des verts on ne ménage pas ses efforts.

En 2019, pour la toute première fois en 24 années d’existence, l’E3 se tiendra sans Sony. Le constructeur a annoncé qu’il ne serait pas présent sur le salon. Ni conférence, ni stand sur place.

Ce weekend, à Mexico, Microsoft tenait ainsi son X018 – le pendant Xbox du PlayStation Experience, sorti du placard après des années passées dans l’oubli. L’occasion pour la firme de lever le voile sur le rachat de deux studios supplémentaires : Obsidian (connus pour Star Wars : Knights of the Old Republic II, Alpha Protocol, Fallout : New Vegas ou encore South Park : Le Bâton de la Vérité), et inXile (Wasteland ou, plus récemment, The Bard’s Tale IV), et de nous donner des nouvelles de Crackdown 3, l’arlésienne de Microsoft par excellence. Il en faudra clairement plus pour faire oublier les coups d’éclat hivernaux de Sony et ses partenaires, mais il pourrait s’agir d’une simple mise en bouche à un E3 2019 décidément intriguant.

Sony : la stratégie de l’absence préférée à l’éventualité de décevoir

De son côté, l’approche de Sony semble claire : on ne veut pas décevoir en teasant un contenu potentiellement trop frugal. Il faut dire que la firme a multiplié les lancements de grande ampleur ces derniers mois, notamment au travers de God of War et Spider-Man (deux écrasants succès commerciaux). Après avoir tiré ses cartouches une à une, Sony semble un peu à court d’arguments en matière d’annonces majeures, et préfère désormais s’atteler à soutenir les arrivées respectives de Dreams (le prochain titre de Media Molecule, les papas de Little Big Planet) et de Days Gone, en 2019.

Un point de vue explicité en septembre par le président de Sony Worldwide Studio, Shawn Layden. L’intéressé, qui tentait de justifier la non-tenue d’un PlayStation Experience en 2018, s’exprimait en ces termes : « Maintenant que nous avons lancé Spider-Man, nous allons nous focaliser en 2019 sur [le développement] de titres comme Dreams et Days Gone. [Toutefois], nous n’aurions pas assez d’annonces pour rassembler tout le monde en un même lieu (…) et justifier la tenue d’un événement. C’est une décision difficile, mais nous préférons éviter de susciter de fortes attentes auxquelles nous ne pourrions pas répondre ».

Cette surprenante politique permet aussi à Sony d’avoir les mains libres pour préparer l’avenir, et notamment le lancement de sa PlayStation 5. Prévue à l’horizon 2020, la console pourrait arriver quelques mois après les lancements respectifs de titres comme Death Stranding, The Last of Us Part II ou encore Ghost of Tsushima. Trois exclusivités très attendues, dont les dates de sorties n’ont toujours pas été clairement précisées. Selon Kotaku, il faudrait tabler sur fin 2019… ou plus tard.