Clicky

Egypte : un atelier de momification a été découvert

Les archéologues égyptiens ont découvert un ancien atelier de momification datant de plus de 2500 ans. La découverte comprend un atelier de momification et un puits qui servait de lieu de sépulture communal. Le site est situé dans la nécropole de Saqqarah de Memphis, la première capitale de l’Égypte ancienne.

Memphis est un site du patrimoine mondial de l’UNESCO. Sa vaste nécropole abrite un large éventail de temples et de tombes ainsi que les trois célèbres pyramides de Gizeh. La dernière découverte, annoncée lors d’une conférence de presse samedi dernier, appartient à la période saïte perse, de 664 à 404 av. J.-C.

Momie ADN

Ce site, qui se trouve au sud de la pyramide d’Unas, a été fouillé pour la dernière fois il y a plus de 100 ans, en 1900.

Les détails de la découverte

Dans l’atelier de momification, on a trouvé une cachette d’embaumeur contenant une grande collection de vases en poterie, de bols et de tasses à mesurer. Certains d’entre eux sont censés être des bocaux canopes, utilisés pour stocker et sécher les organes après qu’ils avaient été retirés du cadavre. D’autres tasses peuvent avoir été utilisées pour retenir le liquide d’embaumement utilisé pour préserver le corps.

Les archéologues croient que les résultats pourraient révéler quel type d’huiles a été utilisé dans le processus de momification de la 26ème dynastie. « Nous sommes devant une mine d’informations sur la composition chimique de ces huiles. » a déclaré Ramadan Hussein, chef de la mission germano-égyptienne lors de la conférence de presse.

Les autres contenus de la découverte

Parmi les artefacts trouvés, il y avait des fragments de cartonnage de momies, des bocaux cylindriques, des canopes, de l’argile marneuse et des coupes en faïence. Beaucoup seront exposés dans un musée égyptien actuellement en construction qui devrait être inauguré plus tard cette année. Les archéologues ont également trouvé un masque en argent doré sur le visage d’une momie dans un cercueil en bois gravement endommagé.

Le masque, le premier à être découvert depuis 1939, appartient à un prêtre. « La découverte de ce masque pourrait être qualifiée de sensationnelle. » a déclaré Hussein. « Très peu de masques de métaux précieux ont été conservés jusqu’à nos jours, car les tombes de la plupart des dignitaires égyptiens ont été pillées dans l’Antiquité. »

D’autres fouilles du site devraient donner lieu à des découvertes encore plus fascinantes, y compris le nom du prêtre au visage doré.

Mots-clés archéologie