Clicky

Egypte : une tombe contenant deux momies de 4000 ans vient d’être découverte

Le 24 novembre dernier, le Ministère égyptien des Antiquités a annoncé la découverte d’une tombe de quatre mille ans dans la ville de Louxor, dans la nécropole d’El-Assasif. Dans la cave, les archéologues, qui ont fouillé le site depuis mars 2018, ont trouvé des sarcophages et plusieurs milliers d’objets funéraires de l’Égypte ancienne. Chaque sarcophage contenait deux momies dont l’état de conservation est épatant.

Le site de la découverte est situé entre les tombeaux royaux de la vallée des reines, dans le sud du pays. Le Ministère des Antiquités a déclaré que les chercheurs sont encore en train d’enquêter sur l’identité des momies.

Momie ADN

Selon l’estimation des experts, ces dernières datent de la dix-septième et de la dix-huitième dynastie.

Pour la première fois, les autorités égyptiennes ont permis l’ouverture de sarcophages devant les médias. Ce geste montre la volonté du pays de relancer le secteur touristique.

Une zone consacrée aux proches collaborateurs des pharaons

D’après l’institution égyptienne, cette zone aurait été consacrée aux nobles et hauts fonctionnaires qui travaillaient étroitement avec les pharaons.

Les archéologues pensent que l’une des momies est celle d’une femme qui s’appelait Thuya et qui aurait vécu il y a trois mille ans. Ils sont encore en train d’investiguer sur la place qu’elle occupait dans la société égyptienne antique.

L’autre momie aurait appartenu à un dénommé Thaw-Irkhet-if. Celui-ci aurait occupé la fonction de superviseur de la momification de plusieurs pharaons. Il aurait travaillé dans un temple de Mut à Karnak.

« L’un des sarcophages était de style rishi, qui remonte à la 17e dynastie, tandis que l’autre sarcophage était de la 18e dynastie », a déclaré le ministre des Antiquités, Khaled El-Elany.

La volonté de relancer le secteur touristique

Outre la tombe aux « belles peintures » et les deux sarcophages, les archéologues ont également mis à jour d’autres artefacts sur le site. Ils y ont trouvé des statues et environ mille petites statuettes funéraires faites en bois, en faïence et en argile. Celles-ci sont appelées « ouchebtis ».

Rappelons que, suite aux printemps arabes de 2011, l’Égypte a connu une importante baisse dans le secteur du tourisme. En annonçant régulièrement des découvertes archéologiques, le pays espère pouvoir attirer des visiteurs étrangers.

Les autorités égyptiennes font toutefois face à des critiques. Selon certaines allégations, le pays manque de rigueur scientifique et néglige la conservation de ses antiquités.

Mots-clés archéologieégypte