La NASA a confirmé la présence de geysers d’eau sur Europe

La NASA a fait une annonce de toute première importance hier. Des geysers d’eau ont bien été détectés sur Europe, la lune de Jupiter. Cette dernière pourrait donc potentiellement abriter une forme de vie.

Europe est un des nombreux satellites naturels de Jupiter et il a été observé pour la toute première fois par Galilée en 1610 grâce à une lunette située à l’Université de Padoue. Relativement imposante, la lune est le sixième plus grand satellite naturel du système solaire avec un diamètre atteignant les 3 121 kilomètres.

Europe NASA ESA

Europe a fait l’objet de nombreuses observations par le passé et elle a également reçu la visite de plusieurs sondes.

Europe abrite bien des geysers d’eau

Galileo était l’une d’entre elles et elle a tourné en orbite de Jupiter et de ses multiples satellites pendant près de huit ans à partir du milieu des années 90, collectant de ce fait de nombreuses données au sujet de tous ces différents corps.

C’est précisément dans ces données que la NASA a trouvé les preuves de l’existence de geysers d’eau à la surface de la lune.

L’agence spatiale américaine a effectivement tenu une conférence de presse hier afin d’annoncer la nouvelle, une nouvelle qui n’a finalement pas surpris grand monde.

Cela fait maintenant plusieurs années que nous savons que la lune abrite un gigantesque océan dans ses profondeurs, un océan caché par une épaisse couche de glace. Par le passé, les astronomes ont également détecté une activité tectonique importante.

Dans ce contexte, la présence de geysers d’eau n’a rien d’étonnant.

Des geysers similaires à ceux d’Encelade ?

Toutefois, aucun astronome n’avait encore été en mesure de prouver leur existence, du moins pas avant une nouvelle analyse des données récoltées par la sonde Galileo. « Il y avait des caractéristiques anormales dans ce passage en décembre 1997 que nous n’avons jamais complètement compris », précise Margaret Kivelson, scientifique senior sur la mission Galileo et, accessoirement, professeur en physique spatiale à l’université de Californie de Los Angeles. « Nous les avons regardés plus attentivement et nous avons constaté qu’elles étaient exactement ce à quoi vous pouviez vous attendre si vous voliez à travers un panache ».

Lors du survol de la sonde en 1997, les instruments présents à bord de Galileo avaient en effet détecté une torsion du champ magnétique accompagné d’une augmentation du gaz ionisé.

À l’époque, les astronomes en charge de la mission n’ont pas été en mesure d’expliquer le phénomène, mais des simulations informatiques réalisées par Xianzhe Jia ont permis de percer son  mystère. D’après ces dernières, les relevés effectués témoigneraient de l’existence d’un geyser d’eau d’une centaine de mètres de hauteur.

Maintenant, toute la question est évidemment de savoir si ces geysers d’eau abritent une forme de vie. Il faudra malheureusement attendre encore quelques années pour pouvoir répondre à cette épineuse question. Quelques années, et le lancement des missions Europa Clipper  de la NASA et Jupiter Icy Moons Explorer de l’ESA.

Mots-clés éeeuropejupiter