Clicky

Elections aux Etats-Unis : Facebook renforce son dispositif de géolocalisation

À l’approche des élections de mi-mandat qui se tiendront en novembre 2018, Facebook a décidé de renforcer son dispositif de géolocalisation. Les annonceurs qui diffusent des publicités électorales seront donc identifiés et localisés. D’ailleurs, ils devront prouver qu’ils résident aux États-Unis. La firme de Mark Zuckerberg leur enverra une carte dotée d’un code qu’il faudra saisir, avant de diffuser des publicités se rapportant aux élections.

D’après Katie Harbath, le programme débutera avant les élections à mi-mandat du Congrès. Le concept est similaire à celui qui a été adopté par Google My Business ainsi que Nextdoor. En tapant le code, les annonceurs prouvent qu’ils sont bien basés aux USA.

facebook-wifi

Certes, les cartes codées ne sont pas efficaces à 100%, néanmoins, les personnes qui utilisent des fausses identités ne pourront pas poster des publicités électorales.

Facebook : la transparence est de mise

Depuis le mois d’octobre 2017, Rob Goldman, le vice-président des publicités de Facebook, a annoncé que la plateforme mise sur une grande transparence au niveau des publicités. Les dispositions ont été mises en place afin de disposer des archives et de vérifier l’identité des annonceurs.

Pour rappel, Facebook, Twitter et Google ont dû faire face à un énorme scandale en 2016, suite à des allégations selon lesquelles les Russes auraient lancé une vague de désinformation via les réseaux sociaux ainsi que des publicités mensongères visant à déstabiliser la tenue et le résultat des élections présidentielles. Au vu des faits, les dirigeants de ces plateformes ont été assignés devant le Sénat.

La chasse aux faux comptes

Éviter un nouveau scandale, tel est l’objectif de Facebook. Selon les chiffres communiqués par le réseau social, de 2015 à 2017, plus de 126 millions d’utilisateurs américains auraient visionné les 80 000 publicités mises en ligne par des annonceurs russes utilisant des comptes « fake ». La propagande russe se serait également propagée via Instagram.

Ensemble, Facebook et Google ont intégré le « Trust Project » depuis 2017. Le but étant de prévenir la propagation des mauvaises publicités. Twitter et Microsoft s’engagent aussi dans la bataille contre la désinformation en ligne et sur les réseaux sociaux.

Mots-clés facebookweb

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !