Elon Musk aura la réponse de la SEC au plus tard le 19 mars 2019

Le mardi 12 mars 2019, un juge fédéral a autorisé la Securities and Exchange Commission (SEC), la plus haute autorité en matière de contrôle de la sécurité, à répondre à Elon Musk sur son tweet controversé sur la production de véhicules Tesla.

À titre de rappel, la SEC a demandé au tribunal de condamner Elon Musk pour avoir violé son accord de fraude en ayant tweeté le mardi 19 février 2019 que Tesla produirait cette année environ 500.000 véhicules.

Facepalm

Crédits Pixabay

En effet, Musk et son entreprise Tesla sont dans le viseur de la SEC depuis le mois d’août 2018 lorsqu’Elon Musk a fait part à ses quelque 24 millions d’abonnés sur Twitter qu’il avait reçu un financement pour privatiser Tesla et que chaque action allait valoir 420 dollars. Des allégations que la SEC a qualifiées de mensonges et de tromperies vu qu’aucun accord de privatisation n’a jamais vu le jour.

La SEC n’a pas raté Elon Musk à sa première violation de l’accord

D’ailleurs, ces tweets ont valu à Elon Musk d’être poursuivi par la SEC. Néanmoins, le dirigeant de Tesla a pu se sortir de cette situation embarrassante en concluant un accord avec la SEC en septembre 2018 et en lui promettant de ne plus fournir d’informations importantes sur les réseaux sociaux concernant Tesla sans obtenir, au préalable, l’aval de l’entreprise.

Toutefois, la SEC considère apparemment qu’Elon Musk a fait une promesse d’ivrogne en référence à son tweet du 19 février dernier.

Voulant rectifier le tir, Elon Musk a toutefois tenu à modifier son tweet quelques heures plus tard en déclarant que le chiffre de 500 000 véhicules environ était une estimation du « taux de production annuel » pour 2019. Il a ensuite ajouté que près de 400.000 véhicules seraient livrés cette année.

Elon Musk affirme qu’il n’a pas violé l’accord

Pour la SEC, cela a été le tweet de trop et elle demande donc à un juge de sanctionner Elon Musk pour violation de l’accord. La juge du district aux États-Unis, Alison Nathan, a donné à la SEC jusqu’au mardi 19 mars 2019 pour déposer une demande. De plus, les deux parties auront jusqu’au mardi 26 mars 2019 pour demander une audition des preuves.

Le lundi 11 mars 2019, Elon Musk a tenu à affirmer dans un communiqué que son tweet était « unique et immatériel » et qu’il ne violait en rien l’accord qu’il a conclu. En tout cas, une chose est sure : la SEC ne l’entend pas de cette oreille. Affaire à suivre.

Mots-clés elon musk