Elon Musk croit toujours que nous vivons dans une simulation informatique

Elon Musk a été invité à participer au podcast de l’humoriste Joe Rogan en fin de semaine dernière. Durant l’entretien, l’homme d’affaires a été amené à porter un joint de marijuana à sa bouche, certes, mais il est aussi et surtout revenu sur ses projets et certaines de ses idées… comme celle de la simulation informatique.

L’Univers est proprement gigantesque. Bien qu’il soit très difficile de s’en assurer, il compterait en effet plus de 100 milliards de galaxies, chacune composée d’autant de systèmes.

Matrix

Croire en une vie extraterrestre n’a donc d’irraisonné ou d’irraisonnable. C’est une simple question de statistique.

L’Univers, une simple simulation informatique ?

Compte tenu de l’immensité de l’Univers, il paraît en effet peu probable que la Terre soit la seule planète habitée.

Pourtant, aucune civilisation ne nous a encore contactés. En 1950, un physicien italien du nom d’Enrico Fermi a précisément abordé cette délicate question à l’occasion d’un repas avec des amis, donnant ainsi vie au fameux paradoxe du même nom. Un paradoxe auquel beaucoup de physiciens, de cosmologistes, d’exobiologistes ou même d’auteurs de science-fiction ont tenté d’apporter une réponse.

Il existe ainsi plusieurs théories expliquant l’absence de tout contact avec une civilisation extraterrestre. La simulation informatique en fait partie.

Elon Musk n’est pas uniquement un brillant homme d’affaires. L’homme est également un doux rêveur et il se passionne depuis longtemps pour le Paradoxe de Fermi. Il a profité de son passage chez Joe Rogan pour revenir dessus et partager sa vision des choses.

Pour lui, l’Univers est donc assez âgé pour que des civilisations extraterrestres aient eu le temps d’élaborer une simulation informatique suffisamment complexe pour pouvoir reproduire la réalité.

La théorie de la simulation pour répondre au paradoxe de Fermi ?

À partir de là, deux hypothèses sont envisageables : soit cet univers finira par se distinguer de la réalité, soit la civilisation qui en est à l’origine prendra fin. Dans la mesure où nous existons, alors il est fort probable – toujours d’après lui – que notre réalité ne soit en réalité qu’une simulation.

Elon Musk n’en est cependant pas resté là et il s’est ainsi exprimé sur la manière dont il voit la véritable réalité.

D’après lui, cette dernière serait forcément plus ennuyeuse que notre propre réalité puisque les simulations sont par essence plus intéressantes que les réalités sur lesquelles elles se basent. L’homme d’affaires a notamment pris l’exemple des jeux vidéo ou encore des films. Pour lui, ces œuvres ont principalement pour but de transcender notre réalité afin de nous divertir.

Il ne pourrait donc en aller autrement pour cette fameuse simulation.

Ce n’est pas la première fois que le patron de Tesla et SpaceX évoque cette notion de simulation informatique. Bien qu’il ne se soit jamais montré trop affirmatif sur cette question, l’homme a souvent dit qu’il était probable – ou possible – que nous vivions tous dans une simulation de ce type.

Une théorie qui fascine aussi la communauté scientifique

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, cette question n’intéresse pas uniquement les millionnaires et les auteurs de science-fiction.

La communauté scientifique s’est également penchée à plusieurs reprises sur cette théorie. L’année dernière, en octobre, deux physiciens issus de la prestigieuse université d’Oxford ont ainsi publié le résultat de leurs travaux dans la revue Science Advance. En se basant sur les principes inhérents à la physique quantique, les deux chercheurs ont déterminé qu’il était impossible de concevoir une intelligence artificielle capable de recréer notre univers dans une simulation suffisamment réaliste pour nous tromper.

Bill Nye lui-même a évoqué cette question l’année précédente, en déclarant que l’humanité ne sera de toute manière jamais en mesure de répondre à cette question compte tenu du fait qu’elle ferait partie intégrante de cette fameuse simulation.

Mots-clés elon musk