Emmanuelle Cosse à 16 ans au Club Dorothée

Génération Club Do, un compte YouTube proposant moult vidéos d’émissions complètes du Club Dorothée et de moments plus ou moins mémorables de la sphère AB des années 1990, vient de faire ressurgir la jeunesse d’une actuelle membre du gouvernement, la ministre du Logement et de l’Habitat durable Emmanuelle Cosse.

L’émission en question, accessible par ailleurs en intégralité sur la plate-forme de partage vidéo, date du 31 octobre 1990 (c’était un mercredi). Plusieurs lycéens de France avaient été invités à s’exprimer une poignée de minutes sur le plateau du Club Dorothée quant aux problèmes rencontrés dans leurs établissements respectifs.

Si Dorothée et sa bande conservaient un lien avec la réalité via par exemple le rendez-vous caritatif Des millions de copains (aujourd’hui, c’est Sept à huit qui occupe cette tranche horaire), la parole, parfois dure de vérité, émise par cette jeunesse pouvait déstabiliser dans un programme où un dromadaire extraterrestre avait coutume d’emmener la troupe du Club Dorothée en mission aux quatre coins du monde.

La ministre du Logement Emmanuelle Cosse, lycéenne en difficulté en 1990

Et, possible présage d’une carrière future où elle occuperait les premiers plans, la jeune Emmanuelle Cosse, puisque alors âgée de 16 ans, apparaissait face caméra aux côtés de (François) Corbier et Dorothée, à la différence de ses camarades placés à sa droite. Le look de l’ado peut faire sourire, mais comme les réseaux sociaux n’existaient pas encore pour transmettre son fiel à la planète tout entière et que, de toute façon, c’était la mode qui voulait ça et que le fond importait plus que la forme, c’est bien son propos que les téléspectateurs ont pu retenir en priorité.

Une partie de la jeunesse était ainsi sortie dans la rue pour dénoncer des conditions d’enseignement déficientes. Voilà comment Emmanuelle Cosse, déjà visiblement à l’aise devant un public de masse, expliquait le pourquoi du mouvement : « Parce qu’on a de gros problèmes dans les lycées, on n’a pas de locaux, les locaux sont dans un état pitoyable, on n’a pas assez de profs, pas assez de pions, on n’a pas d’infirmière, on a des classes à 40 élèves, donc c’est impossible d’étudier, on a aucun droit d’expression, toujours censuré, et on en a assez quoi ». Quelqu’un pour retourner dans le passé émousser les espoirs de ces lycéens en leur révélant de quoi seront faites les 27 prochaines années de l’Éducation nationale ?

Mots-clés club dorothee