Clicky

Emotion API, l’IA qui peut reconnaître les émotions humaines

Depuis des dizaines d’années, les experts en économie tentent de prédire les changements de politique de la banque en analysant les déclarations officielles de ses représentants. Cette fois-ci, deux chercheurs japonais ont trouvé un moyen d’y parvenir grâce à un logiciel capable de déchiffrer les expressions du visage.

Il s’agit d’un programme élaboré par Microsoft et qui porte le nom d’Emotion API, programme capable d’identifier huit émotions humaines : le bonheur, la tristesse, la peur, la surprise, le mépris, le dégoût, la colère ou encore la neutralité.

Les scientifiques ont testé cette technologie sur le gouverneur de la banque japonaise, Haruhiko Kuroda. Plus précisément, ils ont appliqué ce dispositif sur des images retransmises de conférence de presse lors desquelles le gouverneur prenait la parole.

Deux chercheurs en intelligence artificielle

Les chercheurs en question se nomment Yoshiyuki Suimon et Daichi Isami. Le premier travaille au centre de recherche scientifique et économique de Nomura Securities tandis que le second est un ingénieur de Microsoft. Ils ont tous deux étudié à la Graduate School of Frontier Sciences de l’Université de Tokyo.

C’est en début d’année qu’ils ont eu l’idée d’effectuer cette étude des expressions faciales pour prédire les changements d’orientation de la politique de la banque centrale du Japon.

Même si le dispositif a noté que l’expression du gouverneur était majoritairement neutre lors de ses interventions en public, ce ne fut pas toujours le cas.

Un dispositif applicable à tous les politiciens du monde?

Le programme a identifié des signes de dégoût, colère et tristesse sur le visage du gouverneur Kuroda à chaque changement de politique majeur comme lors de l’introduction de taux d’intérêt négatifs en janvier 2016 ou encore lors de l’adoption de la politique de contrôle de la courbe des rendements.

Cette étude a été présentée pour la première fois le weekend dernier lors de la réunion du sous-comité de la Société japonaise pour l’Intelligence Artificielle, connue également sous le sigle JSAI. Selon Kiyoshi Izumi, professeur à l’Université de Tokyo, membre du JSAI et spécialiste en extraction de données financières et en simulation de marché artificiel, cette étude offre la possibilité de connaître les implications politiques des expressions faciales d’un chef de banque centrale.

Si ce dispositif permet effectivement de prévoir en avance les changements d’ordre financier et économique, nombreuses seront les personnes à vouloir l’utiliser dans d’autres domaines.

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !