En Arabie Saoudite, on fouette les femmes qui consultent le GSM de leur mari sans leur consentement

L’Arabie Saoudite vient de faire passer une nouvelle loi et elle risque de faire grincer quelques dents. Désormais, les femmes consultant le téléphone de leur mari sans leur consentement s’exposent à une peine de prison et à une amende, assortie de plusieurs coups de fouet. Les hommes, eux, ne sont évidemment pas concernés par cette loi.

Le Coran, comme chacun le sait, regroupe toutes les révélations faites au prophète et au messager de l’islam, Mahomet. La première date de parution du livre datant de 632 ou de 634, il ne fait évidemment pas allusion aux communications téléphoniques.

Smartphone Arabie Saoudite

En Arabie Saoudite, les femmes n’ont pas intérêt à consulter le smartphone de leur mari.

La charia n’interdit donc pas aux femmes d’utiliser un téléphone ou même un ordinateur.

Le Coran n’interdit pas aux femmes d’utiliser un smartphone

Toutefois, le roi Salman a lancé une série de réformes sociales en Arabie Saoudite, un programme censé oeuvrer pour la sécurité de la famille. Il regroupe de nombreux articles portant notamment sur les droits et les devoirs des épouses musulmanes.

L’intégralité de ce programme n’a pas été encore publié mais il contient une nouvelle loi s’appuyant sur la notion de violation de vie privée, une loi qui est entrée en vigueur dans tout le pays depuis la semaine dernière.

Désormais, les femmes consultant le téléphone de leur mari sans le prévenir et sans obtenir son consentement d’expose ainsi à de lourdes sanctions. Elles seront en effet punie de plusieurs coups de fouet et leur peine pourra être complétée par une amende ou même un séjour en prison.

Cette loi ne s’applique bien évidemment qu’aux femmes et les hommes, eux, ont tout à fait la possibilité de consulter le téléphone de leur épouse sans lui demander sa permission.

La nouvelle disposition prise par le gouvernement du roi Salman a provoqué de nombreuses protestations en Occident, mais beaucoup moins en Arabie Saoudite. Cela n’est d’ailleurs pas surprenant car le pays applique strictement la charia et les femmes n’ont finalement que peu de droits.

D’ailleurs, il est intéressant de rappeler qu’une académie saoudienne a donné un cours assez étrange en mars dernier, sur le thème de : « La femme est-elle un être humain ? ». Tout un programme. Face au tollé général, l’intervenant avait d’ailleurs tenté une pirouette assez malhabile qui n’avait pas convaincu grand monde.