En Californie, Google utilise ses voitures Street View pour mesurer la pollution atmosphérique

Google a décidé de mettre son grain de sel dans la lutte contre la pollution. Il y a un an, ses voitures Street View, a priori chargées de cartographier toutes les routes et les rues de la planète, ont été équipées de capteurs. Ces derniers permettent de mesurer la pollution atmosphérique en ville. Les premiers tests se sont déroulés dans la ville d’Oakland, en Californie. Les résultats ont été dévoilés en ligne sous la forme d’une carte interactive accessible au grand public.

Pour la réalisation de ce projet écologique lancé en 2015, Google a travaillé en collaboration avec l’ONG Environmental Defense Fund (EDF). La firme de Mountain View s’est également associée avec Aclima, la société qui a développé et fourni lesdits capteurs.

Pollution Google

Rendez-vous sur le site de l’EDF pour consulter la carte interactive Google Maps sur la qualité de l’air à Oakland.

Des dispositifs mobiles pour vérifier la qualité de l’air

Les dispositifs pour surveiller la qualité de l’air sont assez courants dans les grandes métropoles. Il s’agit cependant de systèmes centralisés dont le champ d’action est assez réduit. Avec ses voitures Street View, Google va plus loin et la firme permet ainsi de vérifier la qualité de l’air dans chaque quartier et chaque ruelle.

Le géant du web a également ajouté que ses dispositifs mobiles assuraient une meilleure précision spatiale que les installations fixes.

Dans le cas de la ville d’Oakland par exemple, la collecte de données sur la qualité de l’air est le fruit de plus de vingt mille kilomètres parcourus, ainsi que de trois millions de mesures réalisées. La collecte a duré un an, durant lequel aucun quartier ni ruelle de la ville n’a été oublié.

D’autres villes des États-Unis, dont San Francisco ou Los Angeles, sont également sillonnées par les Street View de Google depuis 2015, mais les résultats n’ont pas encore été publiés.

Sensibiliser les citadins sur la pollution atmosphérique

Les résultats publiés en ligne peuvent être consultés par tout me monde. Le but est de sensibiliser les habitants ainsi que les autorités locales chargées de l’urbanisme. La carte interactive pourra leur servir d’outil de veille et les aider à mieux lutter contre la pollution atmosphérique dans leur quartier.

Le contenu proposé par la carte en question est parfaitement bien détaillé. Il présente en effet les taux d’oxyde nitrique (NO) dans l’air tout comme les taux de dioxyde d’azote (NO2) et de noir de carbone.

Google ne compte pas s’arrêter là. L’entreprise a annoncé travailler avec EDF depuis trois ans pour mesurer les fuites de méthane à Boston, Dallas, Los Angeles, Chicago et Pittsburgh.