En Chine, des chercheurs ont implanté des gènes humains dans des singes pour les rendre plus intelligents

Des scientifiques chinois ont effectué des expériences qui tendent à améliorer la fonction cognitive des singes. Ils ont implanté des gènes humains dans leur cerveau. La recherche a été soutenue par plusieurs universités et dirigée par l’Institut de zoologie de Kunming, dans le sud-ouest de la Chine. L’objectif de l’initiative serait de connaitre le processus évolutif de l’intelligence humaine.

Su Bing, le principal auteur de l’étude appartient à l’Académie des sciences en Chine. Il a déclaré que l’expérience a été préalablement examinée par un comité d’éthique. Les pratiques scientifiques chinoises et internationales, ainsi que les normes internationales relatives aux droits des animaux, auraient été respectées.

La Planète des Singes

« À long terme, ces recherches fondamentales fourniront des informations précieuses pour l’analyse de l’étiologie et du traitement des maladies du cerveau humain causées par un développement cérébral anormal telles que l’autisme », a-t-il déclaré à CNN.

Peu de primates ont survécu à l’expérience

Onze copies du gène MCPH1 humain ont été implantées chez onze singes rhésus. Ce gène joue un rôle prépondérant dans le développement et l’évolution du cerveau humain. Les primates ont été soumis à des tests de mémoire. Ils devaient se souvenir de couleurs et de formes sur un écran. Cependant, seulement cinq d’entre eux ont atteint la dernière phase de l’expérience.

Le comportement et la physiologie des singes ont mis du temps à se développer, tout comme ceux des humains. Leur mémoire à court terme et leur temps de réaction se sont améliorés. Ils sont devenus plus rapides. Cependant, la taille de leur cerveau est restée similaire à celle de leurs congénères.

« La taille du cerveau et les compétences cognitives sont les traits les plus modifiés chez l’homme au cours de son évolution. Pourtant, les mécanismes génétiques sous-jacents à ces changements spécifiques restent flous », a rapporté une revue nationale chinoise.

Cette expérience fait partie d’une série de recherches biomédicales effectuées en Chine qui ont suscité de nombreuses controverses sur le plan éthique.

Des problèmes éthiques ?

James Sikela, un généticien de l’Université du Colorado, a déclaré que ces primates améliorés risquent d’être exploités et de nuire. « Ces dommages rendent la conduite de l’expérience inacceptable chez les grands singes. Il y a des barrières réglementaires entre ces espèces et les autres primates non humains pour la recherche transgénique », a-t-il indiqué.

La bioéthicienne de l’Université du Colorado, Jacqueline Glover, a comparé l’expérience au film dystopique de science-fiction intitulée « La planète des singes ». Des scientifiques ont implanté un gène humain dans le cerveau d’une dizaine de singes, les rendant plus intelligents. Les primates super intelligents ont ensuite renversé les humains.

« Les humaniser, c’est leur causer du tort. Où habiteraient-ils et que feraient-ils? Ne créez pas un être vivant qui ne puisse pas avoir une existence significative », a-t-elle déclaré.

Toutefois, Su a répliqué aux critiques. Il estime que le macaque rhésus est suffisamment éloigné de l’homme pour susciter des problèmes éthiques. « Explorer le mécanisme de l’évolution du cerveau humain est un enjeu majeur dans les sciences naturelles et nous poursuivrons notre projet », a-t-il déclaré.

Mots-clés chinegénétique