En Chine, il existe des uniformes connectés capables de suivre les étudiants à la trace

Le gouvernement chinois affiche sa volonté de mettre en place des « écoles intelligentes ». Dernièrement, les établissements scolaires imposent des uniformes connectés aux élèves. Ces dispositifs ont été conçus par une entreprise technologique locale nommée Guanyu. Ils sont équipés de deux puces intégrées, l’une est liée à l’identification et l’autre à la localisation GPS. Celles-ci sont situées au niveau des épaules.

Les puces ID et GPS sont combinés avec la technologie de la reconnaissance faciale. Le système permet de suivre les élèves à la trace. Si l’un d’eux sort du campus pendant les heures de classe, les enseignants et les parents seront alertés. Ces derniers disposent en effet d’une application dédiée, liée à l’uniforme scolaire intelligent.

Néanmoins, l’idée est de suivre les étudiants uniquement durant les heures de cours. Une des écoles utilisant le dispositif a clairement affirmé que la surveillance n’inclut pas les heures vacantes.

Un dispositif de reconnaissance faciale sur chaque porte du campus

La reconnaissance faciale permet aux parents d’élèves de vérifier si leurs enfants sont bien allés en cours. Ils sont mis au courant des heures exactes de l’entrée et de la sortie de leurs enfants. En effet, les portes du campus sont équipées d’une caméra de surveillance enregistrant une vidéo de vingt secondes de chaque étudiant à chaque passage.

Les parents peuvent également visionner des vidéos de leurs enfants via l’application dédiée. Cela permettrait d’éviter que des élèves s’échangent leur uniforme pour ne pas se faire repérer.

Selon Global Times, un journal géré par le gouvernement, les uniformes peuvent être lavés jusqu’à cinq cents fois. Un uniforme connecté coûte 158 yuans (22,80 USD). Rappelons que Guanyu est à l’origine de Tombstone Code QR, un système permettant de connaitre la biographie d’une personne décédée en scannant un code QR.

De sérieux problèmes de confidentialité

Les nouveaux dispositifs posent toutefois des problèmes de confidentialité. Les établissements ont laissé les élèves à scanner les codes QR avant d’aller sous la douche. Certains d’entre eux ont mis en place des caméras de reconnaissance faciale dans les salles de classe. L’idée est d’analyser les expressions faciales des élèves. Ainsi, il est possible d’évaluer leur niveau de concentration, s’ils sont en train de somnoler, etc.

L’initiative a suscité de nombreuses critiques. « N’est-ce pas censé être utilisé dans les prisons ? », a commenté un utilisateur de Weibo.

Le fabricant a essayé de rassurer le public en réitérant que ces dispositifs ont été conçus pour la sécurité des élèves, pour aider les enseignants et les parents. La société s’est dite « consciente du respect et de la protection des droits de l’homme ». Les internautes se sont toutefois montrés sceptiques.

Mots-clés chineinsolite