En Corée du Sud, une université serait en train de créer des robots tueurs

Toby Walsh, un enseignant travaillant pour  l’université de Nouvelle-Galles-du-Sud à Sydney, a alerté les Nations Unies au sujet d’n laboratoire fabricant selon lui des armes autonomes. La semaine dernière, une cinquantaine de scientifiques spécialisés dans le domaine de l’intelligence artificielle ont décidé de l’appuyer et d’appeler au boycott pur et simple de ladite université.

Il s’agit de l’université de Kaist, en Corée du Sud. Selon les chercheurs, le laboratoire essayerait de créer des robots tueurs qui s’apparentent à des armes autonomes.

ET Cylon

D’après le Professeur Walsh, la création de ces intelligences artificielles serait néfaste pour l’homme vu qu’elles ont été conçues pour lui nuire.

Les raisons de cette crainte sont d’autant plus justifiées en raison du fait que la compétition mondiale pour l’armement autonome ne cesse de progresser.

Une compétition à l’armement

L’université de Kaist a passé un partenariat avec Hanwha System, une entreprise spécialisée dans la défense et l’armement, en février dernier. Cette association avait pour but de réaliser un projet pour développer l’intelligence artificielle appliquée aux armes militaires selon Korean Times.

Cette collaboration avait plusieurs objectifs débouchant tous sur une application militaire.

Le laboratoire de l’université a avoué travailler sur des algorithmes qui ont pour objectifs de commander des robots. Il a également admis faire des recherches sur des formules qui serviront à traquer des objets par des sous-marins et des avions.

Bien que l’actualité tourne autour de l’armement militaire, le Professeur Toby Walsh a l’habitude d’alerter l’ONU à chaque fois que des problèmes surviennent sur la scène internationale.

La lettre du Professeur Walsh

Par le biais de son Président, le physicien Sung-Chul Shin, l‘université coréenne s’est exprimée sur ce boycott injustifié. Kaist s’est sentie embarrassée et attristée par le mouvement créé par le professeur.

Elle affirme qu’aucune arme technologique ni même létale n’est développée en son sein. Le représentant de l’université affirme clairement que le respect de la dignité humaine est important pour eux.

Curieusement, la lettre que Toby Walsh a envoyée aux Nations-Unies était bien calculée. Il a envoyé sa lettre juste une semaine avant la réunion de cette dernière à Genève, réunion qui porte sur les armes autonomes. Une vingtaine de pays a déjà prohibé l’utilisation et la création de ces armes.

Bien qu’une pétition ait été signée, la décision finale de faire un boycott appartient toujours aux Nations-Unies.