En Ecosse, il y a des îlots artificiels plus vieux que Stonehenge

Des archéologues des universités de Southampton et de Reading viennent de déterminer que certains des célèbres îlots artificiels d’Écosse, appelés crannogs, sont plus vieux que Stonehenge (érigé entre 2800 et 1100 av. J.C).

Les archéologues ont en effet découvert à l’intérieur de certaines de ces petites îles artificielles faites de roches empilées, des poteries datant de la période néolithique.

Ecosse

Crédits Pixabay

Ce qui indique que les premiers crannogs ont été construits dès 3640 – 3360 av. J.C.

Les crannogs beaucoup plus anciens qu’on le pensait

Parsemés le long des lacs et des bras de mer d’Écosse, les crannogs constituent l’un des traits les plus fascinants du paysage écossais. On trouve en tout 570 de ces habitations artificielles disséminées sur tout le territoire, avec une concentration particulière dans l’ouest et les Hébrides extérieures. Jusqu’ici, on ignore encore la raison pour laquelle ils ont été construits, bien que les chercheurs pensent qu’ils aient été à l’origine destinés à la défense, leur utilisation ayant certainement changé au cours des nombreux siècles où ils sont restés habités.

Si les crannogs ont été utilisés dans certaines régions jusqu’en 1760, les chercheurs les considéraient jusqu’à récemment comme des constructions très récentes remontant à l’âge du fer, datant de 800 av. J.C. Mais en 2012, un habitant de l’île de Lewis du nom de Chris Murray a trouvé des pots bien conservés du néolithique ancien et moyen sur le lit du loch. D’autres recherches effectuées par Mark Elliot du Museum nan Eilean ont permis de découvrir des reliques similaires sur cinq autres sites de crannog.

Au moins 200 ans plus vieux que Stonehenge

Les archéologues ont effectué des études terrestres et sous-marines des îles de pierre, comprenant notamment des fouilles, de la photogrammétrie et du carottage paléoenvironnemental. En appliquant la datation au radiocarbone, ils affirment avoir prouvé de manière concluante que les crannogs datent d’une période comprise entre 3640 et 3360 avant notre ère, soit au moins 200 ans avant la date de la première phase de construction de Stonehenge dans le sud de l’Angleterre.

L’équipe a également remarqué la grande taille des tessons de céramique, indiquant que les pots avaient peut-être été placés tout entier dans l’eau – peut-être à des fins rituelles. Toutefois, il reste encore beaucoup de travail à faire car seulement 20% des crannogs ont été datés à ce stade, et seulement 10% au radiocarbone.

Mots-clés insolite