Clicky

En Espagne, la chasse aux Pokémon est le nouveau business des agences de voyages

Certains joueurs de Pokémon Go sont prêts à tout pour débusquer des monstres inconnus de leur Pokédex. En Espagne, des agences de voyages l’ont bien compris et comptent bien tirer parti de cet état de fait. Comment ? En organisant des voyages dont l’unique but est d’aller chasser des Pokémon. À plusieurs dizaines d’euros la journée de chasse, les joueurs sont nombreux à ne pas hésiter.

Bientôt, les cars de touristes seront en fait remplis de chasseurs.

Pokémon Go

Débusquer des Pokémon inédits, c’est aussi simple que se payer un voyage !

C’est donc en Espagne que nous retrouvons l’agence de voyages du nom de Junior Travel. Cette agence a ainsi décidé de lancer des chasses aux Pokémon organisées. Le but ? Tout simplement aller dans une autre ville pendant plusieurs heures ou une journée pour aller chercher des Pokémon trop timides pour se montrer près de chez soi.

Des chasseurs de Pokémon qui en guident d’autres

Pour aller chasser, les joueurs touristes devront payer jusqu’à 43€ par jour. Pour ce prix-là, ils pourront donc découvrir une autre ville, avec d’autres monstres, guidés par un joueur « expert ».

La délicate mission de Junior Travel est justement de sélectionner les joueurs guides. Si l’agence impose que le joueur ait au moins atteint le niveau 20, cela n’arrête pas les candidats qui déposent leurs CV par centaines : l’agence de voyages reçoit entre 3 et 4 candidatures par minute !

Il faut dire qu’être payé pour jouer à Pokémon Go en guidant d’autres joueurs, ça doit être attrayant pour un bon nombre de personnes. C’est d’ailleurs assez fou de penser qu’une agence de voyages soit prête à le faire pour un jeu qui n’a qu’un mois d’existence.

Et pourtant, Junior Travel n’est pas la seule dans ce cas. En effet, toujours en Espagne, une autre agence de voyages a décidé de se lancer dans le concept, en allant beaucoup plus loin. Géographiquement parlant.

C’est l’agence Felices Vacaciones qui propose ainsi, pour la modique somme de 1 695€, un périple de 11 jours aux États-Unis, toujours pour chasser des Pokémon. Pour les joueurs, cela signifie carrément un changement de zone du jeu, et donc la possibilité d’attraper un Pokémon inexistant en Europe : Tauros, qui n’est disponible qu’aux États-Unis.

Si Niantic se frotte les mains avec ses 200 millions de dollars générés en un mois, le studio ne sera clairement pas la seule entreprise à faire des bénéfices grâce à Pokémon Go. Clairement l’ampleur prise par le jeu est de plus en plus impressionnante.

Mots-clés pokemonpokemon go

Jérémy

Étudiant en maths, Jérémy est un passionné qui touche un peu à tout, et plus particulièrement au développement web et à l'actualité high-tech qu'il partage avec vous sur Machineo et surtout ici-même.