En Islande, on pleure la disparition du premier glacier

Des chercheurs de l’Université Rice à Houston ont décidé d’ériger une plaque commémorative à la mémoire d’Okjökull, le premier glacier islandais disparu à cause du changement climatique.

Non ce n’est pas une blague, face aux conséquences alarmantes du réchauffement climatique, ces chercheurs sont bien décidés à graver dans la mémoire de l’humanité cette première disparition d’un glacier.

Crédits Pixabay

Hommage au premier glacier disparu de l’Islande

La plaque commémorative du glacier d’Okjökull à Borgarfjörður, en Islande, sera installée le 18 août prochain lors d’une cérémonie publique. Sur la plaque il est inscrit, en anglais et en islandais :

« Ok [diminutif d’Okjökull] est le premier glacier islandais à perdre son statut de glacier. Au cours des 200 prochaines années, tous nos glaciers devraient suivre le même chemin. Ce monument reconnaît que nous savons ce qui se passe et ce qu’il faut faire. Seulement vous savez si nous l’avons fait. »

Il est également inscrit sur la plaque « 415 ppm de CO2 », qui fait référence à la quantité record de dioxyde de carbone enregistrée dans l’atmosphère plus tôt cette année.

Cymene Howe, anthropologue à la Rice University, explique que cette plaque commémorative sera le premier monument au monde érigé à la mémoire d’un glacier disparu à cause du changement climatique. « En marquant le passage d’Ok, nous espérons attirer l’attention sur ce que nous perdons avec la disparition des glaciers de la Terre. Ces blocs de glace sont les plus grandes réserves d’eau douce de la planète et à l’intérieur d’eux se trouve figée l’histoire de l’atmosphère. », a-t-il déclaré.

De nombreux autres glaciers condamnés au même sort qu’Okjökull

Si certains peuvent trouver un peu exagéré de dresser un monument à la mémoire d’un ancien bloc de glace, l’affaire est pourtant très sérieuse. Okjökull ne sera certainement pas le dernier glacier à disparaître à cause du changement climatique, car les scientifiques prévoient que plus de 400 glaciers d’Islande auront disparu d’ici 2200.

Par ailleurs, un rapport publié en avril dernier avertissait que la plupart des glaciers d’Europe centrale, des États-Unis et de l’ouest du Canada pourraient disparaître d’ici la deuxième moitié de ce siècle, si l’on tient compte du taux actuel de fonte des glaces.