En partenariat avec iFixit, Motorola lance des kits de réparation pour ses smartphones

Motorola fait un geste contre l’obsolescence de ses smartphones. Le constructeur, racheté par le chinois Lenovo en 2014, s’est associé avec iFixit pour lancer des kits de réparation destinés à certains de ses anciens mobiles. Une quinzaine de modèles sont concernés par les kits commercialisés chez le spécialiste américain en réparation d’appareils électroniques (bien connu pour ses tutos de démontage). Parmi les plus récents, le Moto G5 Plus, lancé il y a un peu plus d’un an. Les tout derniers smartphones du fabricant, comme le Z3 Play ou le Motorola One (en illustration), ne profitent pas encore de kits de réparation dédiés.

Bien que louable, l’initiative de Motorola s’avère cependant assez limitée. À l’heure où nous rédigeons ces lignes, ces fameux kits ne permettent pas de remplacer d’autres composants que la batterie ou l’écran. Ils sont par ailleurs assez coûteux, entre 40 et 200 dollars… Des prix qui pourraient limiter l’intérêt des réparations sur les modèles les plus anciens.

Motorola, filiale de Lenovo depuis 2014, s’est associé avec le site américain iFixit pour commercialiser des kits de réparation pour ses smartphones. Les prix s’étalent de 40 à 200 dollars, une première (ici le Motorola One, présenté durant l’IFA 2018).

Reste que cet « investissement » permet de mettre la main sur des pièces officielles (fournies par Motorola), mais aussi sur des outils, compris dans les différents kits, provenant de chez iFixit. Autre avantage, iFixit regorge de tutos et de vidéos permettant de démonter son téléphone correctement, et surtout, de le remonter. À noter par contre que tout démontage mettra fin à la garantie constructeur.

Des kits, pour l’heure, indisponibles sur iFixit Europe

Pour le moment, cette collaboration entre le site américain et Motorola ne concerne pas encore le marché français. La version européenne du site, qui permet aux clients français de commander plus simplement, ne propose pas encore les kits de réparation Motorola et renvoie vers iFixit US, avec ses paiements en dollars et la problématique de l’import.

Ce partenariat de la filiale mobile de Lenovo avec un des leaders du monde de la réparation électronique n’en est pas moins intéressant. C’est la première fois qu’un grand constructeur de smartphones s’inscrit ouvertement dans une démarche permettant au consommateur de réparer lui-même son terminal avec des pièces officielles. Dans l’ombre de certains géants du secteur, comme Apple, qui cherchent à décourager toute intervention tierce sur leurs appareils, Motorola pourrait bien faire figure d’exemple à suivre.