Clicky

En Pologne, les cercueils ont droit à leur calendrier érotique

« Le sexe fait vendre », c’est la politique adoptée par Zbigniew Linder, un fabricant polonais de cercueils. Pour faire la publicité de ses produits, notamment des cercueils et des sarcophages, l’entreprise publie annuellement des calendriers. Auparavant, les images présentées revêtaient toujours, naturellement, un caractère macabre. Depuis 2014, Linder a cependant changé son fusil d’épaule et commencé à concevoir des calendriers où les cercueils sont associés à des clichés érotiques.

Pour la cinquième année consécutive, l’entreprise vient de publier le nouveau calendrier 2018-2019. Ainsi, de séduisantes jeunes femmes posent à moitié nues à côté ou dans les cercueils. Les arrière-plans sont de beaux paysages qui mettent en avant la beauté de mère nature. L’objectif serait d’inverser la façon dont les gens appréhendent la mort.

Lindner

Les cercueils sont vendus en ligne. Pour mieux capter l’attention, Linder a publié une à une les images torrides. L’initiative audacieuse n’a cependant pas été exempte de critiques.

Retour à la nature

Il s’agit donc de cinquième édition des calendriers intitulés « Retournons à la nature ». «Mets ta tête sur de l‘herbe verte. Écoute le chant des oiseaux. Repose-toi dans l’ombre d’un arbre vert. Ressens profondément le calendrier Lindner 2018», a écrit la société sur son site officiel. L’idée serait de donner une conception moins dramatique de l’irréversibilité de la vie humaine.

« Il y a tellement de travail derrière un cercueil que c’est dommage qu’il ne soit vu que quelques instants à l’enterrement », a expliqué l’entreprise. Elle a suggéré que le cercueil n’est pas un objet sacré, mais un simple meuble, « comme le dernier lit que vous choisiriez pour dormir. » « Ce n’est pas un symbole religieux, c’est un produit. Pourquoi les gens ont-ils peur des cercueils mais pas des costumes d’affaires, des produits cosmétiques ou des bijoux ? », a-t-elle ajouté.

« Avec cette cinquième édition du Calendrier Lindner nous retournons à la nature, ce que nous exprimons par une harmonie parfaite entre des cercueils Lindner et le bois naturel, la mer bleue, des fleurs rouges, des champs verts et la beauté du corps féminin », a-t-elle souligné.

Summum du mauvais goût

Néanmoins, l’initiative a provoqué l’indignation de l’Église catholique de Pologne. Celle-ci s’est dite outrée du fait que Linder associe la mort au sexe. Elle a souligné que le calendrier est le summum du mauvais goût, de l’indécence et du sordide : « C’est vraiment déplacé, malsain. À la vue de ces clichés, on ne peut qu’éprouver un certain malaise. Le sexe fait partie de la vie, pas de la mort. »

L’Église a noté qu’il ne s’agit pas de puritanisme ou de pudibonderie. La mort est un sujet délicat, voire tabou, qui angoisse la plupart des gens.

Reste à savoir si les familles des défunts aimeront voir leur proche escorté par des tops modèles dans leur voyage dans l’au-delà.

Mots-clés insolite