En Russie aussi on aime parodier les célébrités

Yuriy Isterika est un blogueur russe. Il s’est professionnalisé dans la production d’images parodiant des célébrités russes. Toutefois, il arrive également qu’il recrée des photos de stars connues dans le monde entier. Ses « œuvres » sont très appréciées par les internautes. Via son compte Instagram, il est suivi par plus de vingt mille abonnés. Même les VIP parodiés semblent adorer les photos. Certains d’entre eux ont partagé leur photo parodiée sur leur compte de réseau social.

Yuriy Isterika n’a pas l’air d’avoir des cibles en particulier. Il s’amuse simplement à imiter les superstars sur les photos qui l’inspirent pour obtenir des rendus comiques.

Instagram

Capture instagram

Il s’en prend aux chanteurs, aux mannequins, aux acteurs, aux sportifs, à la famille royale, aux couples présidentiels, etc. Il est passé maître dans l’art d’apporter une touche hilarante à l’apparence « magique » des célébrités.

Les photos publiées par le blogueur sont généralement accompagnées de commentaires destinés à faire rire encore plus ceux qui tombent dessus.

Des photomontages hilarants

Yuriy Isterika trouve de tout pour illustrer ses créations : des œufs, une crêpe, de la viande, une brosse, des câbles de chargeur, des cartons, etc.

L’une des photos parodiées montre Donald Trump accompagné de sa femme. Pour simuler les paillettes de la sublime robe de Melania, il a utilisé du pop-corn.

Il a également imité Conor McGregor, la superstar d’arts martiaux mixtes irlandais. Pour récréer les muscles de l’ancien champion de la division des poids légers et ancien champion de la division des poids plumes de l’Ultimate Fighting Championship, il a tout simplement utilisé de la viande. Il a également redessiné ses tatouages de manière simpliste. Au lieu de « McGregor », il a écrit « McBurger ».

L’un des photomontages de la série montre le blogueur, habillé en cartons, pour simuler la tenue d’une politicienne. « Quand j’étais en Inde, j’ai été surpris de voir comment les gens vivent dans des boîtes en carton. Ici, à Moscou, les dirigeants utilisent les mêmes boîtes pour assister à des événements culturels. Est-ce la norme maintenant ? », a-t-il ironisé.

La création qui aurait le plus nécessité du travail aurait été celle où il parodiait une star dans sa merveilleuse robe de sirène. « Ce n’était pas facile de recréer cette image », a raconté Yuriy Isterika. « Tout d’abord, les feuilles à partir desquelles la robe a été confectionnée se sont avérées toxiques. J’ai commencé à avoir un léger picotement et un engourdissement sur tout mon corps. Deuxièmement, ça a été très difficile pour nous d’expliquer au personnel de l’auberge de jeunesse pourquoi nous avions besoin d’une poêle à frire. »

La naissance de la première parodie de Yuriy

Yuriy aurait découvert son talent lorsqu’il avait vu une photo de deux stars russes. L’une d’elles portait une jolie assiette. Il a raconté qu’il ne pouvait pas s’empêcher d’assimiler l’assiette à un évier. De même, ses yeux voyaient l’une des lèvres de la célébrité comme une frite. Il en alors a fait sa première parodie.

Encouragé par les « likes » et les commentaires de ses followers, Yuriy a publié de plus en plus de photos similaires, où il se met en scène pour imiter les stars.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Юрий Истерика (@mataharik) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Юрий Истерика (@mataharik) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Юрий Истерика (@mataharik) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Юрий Истерика (@mataharik) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Юрий Истерика (@mataharik) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Юрий Истерика (@mataharik) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Юрий Истерика (@mataharik) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Юрий Истерика (@mataharik) le