En Suède, une ville va être déplacée de quelques kilomètres

Si vous n’avez jamais entendu le nom de Kiruna, rappelez-vous en, car cette petite ville suédoise de 20.000 habitants fait en ce moment beaucoup parler d’elle et cela risque d’être le encore le cas pour un certain moment.

En cause, la municipalité de cette ville située à l’extrémité nord du territoire suédois (145 km au nord du cercle polaire) a fait le choix de déplacer bon nombre de ses infrastructures telles que la mairie, la gare, l’église et certainement beaucoup de maisons et de commerces.

En effet, la présence d’une exploitation minière contrôlée par la société LKAB (rattachée à l’état suédois), aux abords immédiats de la ville, du côté ouest, a engendré un énorme cratère et menace la stabilité du sol, augmentant ainsi le risque d’effondrements et pouvant par-là même conduire à des pertes en vies humaines.

Une ville dédiée à l’exploitation du fer

Il faut savoir que l’histoire de Kiruna est depuis longtemps rattachée à celle de l’exploitation minière, plus particulièrement le fer, surnommé « l’or noir suédois ». En effet, le sous-sol de la région en est très riche et présente des concentrations exceptionnelles constituées en gisement: les activités d’extraction  qui s’effectuaient à ciel ouvert au début se sont étendues, depuis les années 1960, à l’exploitation du sous-sol à travers des galeries et des tunnels.

C’est d’ailleurs pour loger les ouvriers qui exploitaient le gisement de fer que la ville de Kiruna est sortie de terre, au début du 20e siècle. Un processus d’urbanisation que l’on rencontre habituellement à proximité des zones dont le sous-sol est riche en minerais dont dépendent les activités industrielles.

Un compromis pour pouvoir continuer les activités extractives

Avec ses quelques 1,7 milliard de chiffres d’affaires en 2016, il va sans dire que les activités minières menées par LKAB à Kiruna sont une manne financière pour la ville et ses habitants. C’est pour cela que le Conseil municipal, en concertation avec LKAB, a décidé à partir de 2009 de mettre en place un plan de relocalisation d’une partie de la ville.

Ainsi, ce sera un tiers du centre-ville qui sera déplacé trois kilomètres plus loin, vers l’est, les travaux ayant débuté en 2014. Ce programme permettrait alors de reloger gratuitement les salariés de la mine, ainsi que les autres habitants de Kiruna, tout en reconstruisant les édifices et les infrastructures municipales.

L’objectif étant de reconstruire Kiruna pour en faire une nouvelle ville, durable, moderne et … plus écologique.

Mots-clés insolitekiruna