Encelade : une molécule organique a été détectée !

Encelade n’a visiblement pas fini de nous étonner. Des scientifiques ont en effet détecté cette semaine une molécule organique présente sur la lune de Saturne en s’appuyant sur des instruments terrestres et plus précisément sur le télescope IRAM. Il s’agit d’une découverte de première importance.

Découvert en 1789 par William Herschel, Encelade est un des nombreux satellites situés dans l’orbite de la planète Saturne. Relativement imposant, il fascine de nombreux astronomes en raison de ses particularités.

Encelade

Malgré sa taille, il affiche en effet une géologie complexe et il est notamment connu pour les puissants geysers courant à sa surface.

Encelade, la lune aux mille mystères

Cassini nous a appris pas mal de choses à son sujet et la sonde a notamment révélé la présence de plusieurs composés organiques dans ces geysers. Plusieurs scientifiques pensent donc que la lune pourrait potentiellement abriter une forme de vie microbienne dans ses profondeurs.

Le Dr Emily Drabel-Maunder, une chercheuse de l’Université de Cardiff, étudie depuis plusieurs mois le satellite et elle a présenté ses derniers résultats à l’occasion d’un colloque d’astronomie organisé à Hull.

Elle a alors révélé avoir décelé grâce au radiotélescope de Pico Veleta une molécule organique, et plus précisément du méthanol.

Bien sûr, l’annonce a beaucoup surpris la communauté scientifique et elle a donné lieu à de nombreuses hypothèses, des hypothèses notamment en lien avec la possible présence d’une forme de vie sur le satellite.

Une molécule organique a été détectée

Toutefois, d’après elle, ce composé ne constituerait pas une preuve de l’existence d’une forme de vie microbienne dans les profondeurs d’Encelade. En réalité, cette molécule serait créée par des réactions chimiques induites par l’expulsion du panache liquide dans l’espace. Selon elle, la présence de ce composé ne signifie donc pas nécessairement que le satellite abrite la vie, mais cela n’en reste pas moins une découverte importante.

Et ce pour une raison assez simple. Elle prouve en effet qu’il est tout à fait possible de détecter des molécules organiques sur des mondes distants, et ce en s’appuyant sur de simples instruments présents sur notre planète.

Reste que pour percer les mystères du satellite, les chercheurs ne vont pas vraiment avoir le choix. Ils vont en effet devoir envoyer des sondes sur place afin de faire des prélèvements.