Clicky

Environnement : plus de 51% de zones forestières décimées en 2016

Le Global Forest Watch a sorti une nouvelle estimation sur les pertes écologiques mondiales. Cette fois-ci, les pertes en surface boisée pour l’année 2016 ont atteint un chiffre record de vingt-neuf millions d’hectares. Selon le GFW, cette superficie équivaut au territoire de la Nouvelle-Zélande.

La majorité de cette perte est due à la multiplicité des incendies qui ont sévi dans le monde durant l’année 2016. Récemment, la Californie et le Portugal ont également subi d’autres brasiers. En d’autres termes, ce record de 29,7 millions d’hectares pourrait encore être dépassé au cours de cette année.

Forêt

Cette destruction des forêts a déjà alerté les écologistes en 2015 et en 2016 durant lesquels le nombre de feux de brousse n’a cessé de croître.

Des phénomènes naturels à l’origine des pertes

Plusieurs causes sont à l’origine de cette destruction des forêts mondiales. En premier lieu, on peut citer le violent courant cyclique El Nino, qui a été catégorisé comme le second courant cyclique chaud le plus intense enregistré dans le monde. Ce courant a d’ailleurs provoqué la sécheresse des Tropiques.

En second lieu, on peut aussi attribuer cette perte au changement climatique qui joue un rôle important tant dans le coût que dans l’intensité des feux de brousse. D’autres raisons peuvent également être citées comme la coupe de bois, l’exploitation minière ou encore la culture sur brûlis.

Le GFW alerte sur les risques sanitaires et économiques

Les pays comme le Brésil, le Portugal et l’Indonésie ont été les plus sujets à l’augmentation des pertes forestières due à des incendies durant l’année 2016. Pour le Brésil, la destruction de ses forêts a doublé. En conséquence, la région amazonienne déplore 3,7 millions d’hectares de forêts perdues.

Quant au Portugal, il a subi une perte de 4% sur ses forêts. D’après le Global Forest Watch, ce bilan serait dû à l’inflammabilité de l’eucalyptus, qui pousse abondamment dans la zone euro, mais aussi à l’absence des mesures préventives pour lutter contre les incendies.

Les pertes forestières font partie des causes de maladies et de décès prématurés. De même, le GFW met en garde que ces détériorations environnementales impactent non seulement sur l’économie des pays et sur l’écosystème en général. L’hygiène des sources d’eau et de l’atmosphère est aussi menacée.

Mots-clés écologieinsolite

Share this post

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !