eRoadArlanda, une route capable de recharger les véhicules électriques

La première route électrifiée au monde qui recharge les batteries de voitures et de camions qui y circulent a été ouverte en Suède. Baptisée eRoadArlanda, elle est constituée d’environ 2 km de rails électriques intégrés dans une route publique près de Stockholm.

L’agence des routes du gouvernement suédois a déjà élaboré une carte nationale pour l’expansion future du projet.

Sigfox

Sigfox a pris la route vers Las Vegas cette semaine.

Une solution innovante pour se débarrasser des combustibles fossiles

L’objectif de la Suède de devenir indépendante des combustibles fossiles d’ici 2030 exige une réduction de 70% dans le secteur des transports. La technologie derrière l’électrification de la route reliant l’aéroport de Stockholm Arlanda à un site logistique en dehors de la capitale a pour but de résoudre les problèmes épineux de la recharge des véhicules électriques et de la fabrication de leurs batteries à un prix abordable.

L’énergie est transférée depuis deux voies de rail intégrées dans la route, par l’intermédiaire d’un bras mobile attaché au bas du véhicule. La conception n’est pas différente de celle d’une piste Scalextric, sauf que si le véhicule dépasse, le bras est automatiquement déconnecté.

L’eRoadArlanda est divisée en sections de 50 m, chaque section individuelle étant alimentée seulement quand un véhicule est au-dessus. Quand un véhicule s’arrête, le courant est déconnecté. Le système est aussi capable de calculer la consommation d’énergie du véhicule, ce qui permet de débiter les coûts d’électricité par véhicule et par utilisateur.

La Suède à l’avant-garde des routes électriques

Hans Säll, directeur du consortium eRoadArlanda à l’origine du projet, a déclaré que les véhicules actuels et les routes pourraient être adaptés pour tirer parti de la technologie. En Suède, il y a environ un demi-million de kilomètres de routes, dont 20 000 km sont des autoroutes, a déclaré M. Säll.

Pour un coût de 1 million d’euros par kilomètre, le coût de l’électrification serait 50 fois inférieur à celui requis pour construire une ligne de tram urbain, dit-il. »Il n’y a pas d’électricité à la surface. Il y a deux pistes, exactement comme une prise dans le mur. Cinq ou six centimètres plus bas se trouve l’endroit où l’électricité est générée. Mais si vous inondez la route avec de l’eau salée, on constatera que le niveau d’électricité à la surface sera juste d’un volt. Vous pourriez marcher dessus pieds nus. », explique M. Säll.

Mots-clés écologie