Clicky

Espresso, le nouveau chasseur d’extraterrestres, va bientôt entrer en fonction

L’ESO vient d’annoncer la future mise en fonction d’un nouvel outil destiné à la recherche d’une forme de vie extraterrestre : Espresso. Installé à l’Observatoire européen austral, il devrait nous aider à trouver des exoplanètes susceptibles d’abriter la vie.

Espresso, ou Echelle Spectrograph for Tocky Exoplanète and Stable Spectroscopic Observations (c’est un peu plus long) a nécessité plusieurs années de développement.

Espace

Si la conception pure de l’instrument s’est terminée en 2013, l’ESO a eu besoin de trois années supplémentaires pour achever sa construction.

Espresso, un spectromètre ultra-sensible pour analyser les étoiles et leurs exoplanètes

Si l’appareil a été testé pour la toute première fois en 2016, les chercheurs en charge du projet ont eu besoin de plusieurs mois pour achever les derniers réglages.

Espresso n’est pas un outil ordinaire. Il s’agit en effet d’un spectrographe de troisième génération et il est doté d’une forte résolution et d’une précision à toute épreuve. Capable de couvrir l’intégralité du domaine visible du spectre, il a été installé au VLT (Very Large Telescope) de l’Observatoire européen austral et donc en plein milieu du désert d’Atacama au Chili.

Un choix logique puisque l’endroit se trouve sous un ciel le plus souvent très dégagé et dans une zone où les constructions humaines sont rares.

Plus intéressant, l’instrument offre deux modes de fonctionnement différent et il sera ainsi capable de n’utiliser qu’un seul des quatre télescopes du site ou bien les quatre en même temps. En outre, grâce à sa sensibilité, l’appareil devrait être en mesure d’observer des corps peu brillants et c’est évidemment ce qui fait tout son intérêt.

Un appareil dix fois plus sensible que l’appareil le plus sensible du monde

D’après Gaspare Lo Curto, l’un des responsables du projet, Espresso serait en effet dix fois plus précis… que l’instrument le plus précis au monde.

Il ira ainsi bien plus loin que le spectromètre Harp et il sera du coup le seul capable de détecter des planètes aussi petites que notre monde.

Grâce à lui, les astronomes seront donc en mesure de récolter de nombreuses données au sujet des étoiles peuplant les systèmes voisins, des données comme leur trajectoire, leur vitesse, leurs possibles éclipses ou encore la nature des planètes situées sous leur influence gravitationnelle.

Mieux, cet instrument permettra également aux chercheurs d’obtenir plus d’informations sur la composition des atmosphères des exoplanètes et donc déterminer par extension si ces dernières sont susceptibles d’abriter une forme de vie extraterrestre.

Pour garantir son bon fonctionnement, Espresso a été installé dans une pièce où la température moyenne atteindra les moins 150 °C. La pièce restera en outre close dès la mise en fonction de l’appareil, une mise en fonction planifiée pour octobre prochain.