Et si la réalité n’était qu’une hallucination collective

Des chercheurs remettent en question notre compréhension de la réalité. Les hallucinations, perçues comme des phénomènes irréels créés par une aberration dans l’esprit, seraient aussi réelles que tout ce que nous pourrions voir. Ainsi, notre réalité pourrait n’être qu’un ensemble d’illusions visuelles sur lesquelles nous sommes tous d’accord.

L’équipe a été menée par Anil Seth, neuroscientifique et directeur du « Sackler Center for Consciousness Science » de l’Université de Sussex.

Lentille Google

Les scientifiques ont recouru à une gamme de méthodes et d’outils afin d’identifier les mécanismes qui caractérisent la conscience. De la science informatique à la visualisation virtuelle, en passant par la réalité virtuelle, ils ont misé sur la multidisciplinarité afin d’examiner des questions relatives à l’esprit et au cerveau.

L’équipe se composait ainsi de neuroscientifiques, mais aussi de philosophes, de physiciens, d’informaticiens et d’artistes. Ils ont tous essayé de combler le manque de données dans la neuroscience pour une compréhension plus large de la conscience.

La réussite dépend de la conscience

Compte tenu de la nature de son travail sur la conscience, Seth s’est ouvert à un public plus large extérieur au monde universitaire. Il considère la recherche comme à la fois académique, intellectuelle et, surtout, personnelle. « Plus ambitieusement, nous voulons une théorie unifiée de la perception », a déclaré Seth. « Le temps, la vision, l’audition … nous voulons expliquer cela ».

Les neuroscientifiques expliquent nos perceptions comme une combinaison d’impulsions électriques et de prédiction.

Selon cette conception, le cerveau combine les signaux sensoriels sur ce qu’il sait du passé et ce qui se passe en temps réel. Ainsi, le recueil d’informations accumulé aide à identifier un objet. C’est pourquoi notre réalité consciente est si semblable à l’hallucination.

Beaucoup de questions restent encore à résoudre, et les chercheurs auront un long chemin à parcourir. Cependant, ils s’accordent à dire que la conscience a un impact sur la réussite de chaque personne et sur les machines que nous continuons à fabriquer.

La théorie d’Edelman est centrée sur l’influence de la génétique et de l’environnement par rapport à la façon dont les neurones du cerveau interagissent et se reproduisent pour créer la conscience. « Nous ne percevons, donc, pas le monde de manière passive, nous le générons activement ».

Pour résoudre des troubles mentaux

Auparavant, Seth passait son temps à construire des robots avec une architecture cérébrale imitant le cerveau humain. Ces robots étaient chargés de résoudre des problèmes de perception visuelle ou des labyrinthes.

Ensuite, son laboratoire a obtenu un soutien financier. Il a donc constitué une équipe chargée d’étudier comment le cerveau construit le concept de soi et le monde qui l’entoure. Ils effectuent des expériences de réalité virtuelle pour comprendre les hallucinations et savoir si un objet existe, en réalité.

Seth a déclaré qu’il espère que son travail puisse aussi être appliqué en matière de santé mentale. Comprendre la conscience, dit-il, pourrait aider à mieux comprendre des mécanismes de troubles complexes comme la schizophrénie et les délires.

Mots-clés neurosciences