Et si les extraterrestres étaient en train d’hiberner ?

L’Université d’Oxford mène de nombreuses études différentes chaque année et plusieurs d’entre elles ont trait à l’espace, l’astronomie ou même l’astrophysique. Parfois, il arrive aussi que des chercheurs se penchent sur des problématiques un peu plus originales et c’est précisément le cas ici.

Trois chercheurs travaillant pour le Future of Humanity Institute de l’établissement ont effectivement conjugué leurs efforts afin de tenter de répondre à une question particulièrement épineuse : pourquoi l’humanité n’a-t-elle pas encore croisé la route d’une civilisation extraterrestre ?

Hypothèse Fermi

Si vous vous intéressez à la question extraterrestre, alors vous avez sans doute entendu parler du paradoxe de Fermi.

Le paradoxe de Fermi, une question restée sans réponse

Ce fameux paradoxe a été formulé pour la première fois dans les années 50 par le physicien italien Enrico Fermi, à l’occasion d’un déjeuner informel en compagnie de plusieurs de ses amis et ses collègues. Emil Konopinski était présent, de même pour Edward Teller et Herbert York.

Souhaitant visiblement détendre l’atmosphère, Fermi avait profité de l’occasion pour adresser une question un peu loufoque à ses estimés camarades : « S’il y avait des civilisations extraterrestres, alors leurs représentants devraient être déjà chez nous. Où sont-ils donc ? ».

Contre toute attente, cette question a été vivement reprise par la suite et elle a même poussé de nombreux chercheurs à se pencher sur la résolution de l’énigme. Carl Sagan, notamment, l’avait longuement évoqué dans un de ses écrits au milieu des années 60 et elle a ensuite voyagé à travers les décennies pour devenir le paradoxe que nous connaissons.

Anders Sandberg, Stuart Armstrong et Milan Cirkovic se sont eux aussi penchés sur le paradoxe de Fermi et ils ont fini par élaborer une hypothèse très intéressante. D’après eux, les extraterrestres pourraient en effet être en train d’hiverner en attendant que l’espace ne se refroidisse.

L’espace, comme chacun le sait, n’est clairement pas le meilleur endroit où passer ses vacances. Il est en effet dépourvu d’oxygène et il baigne en plus dans les radiations. Toutefois, il n’est pas aussi froid que beaucoup le pense et sa température moyenne avoisine ainsi les 3 K, soit trois degrés au-dessus du zéro absolu.

Quel est le rapport avec l’hypothétique hibernation d’une espèce extraterrestre, alors ?

Il fait trop chaud pour calculer

Il est simple en réalité. Beaucoup de chercheurs pensent que si une civilisation plus avancée que le nôtre existe réellement, alors il est fort probable que ses représentaient aient quitté leur prison de chair pour évoluer vers une forme de vie robotique afin d’être en mesure de résister aux affres du temps et donc aux longs voyages spatiaux.

Il faut d’ailleurs noter que ces trois chercheurs ne sont pas les seuls à avoir examiné cette piste. Sir Martin Reed, une figure emblématique de la scène astronomique, a développé une théorie similaire lui aussi, une théorie évoquée en détail dans cet article.

Le problème, bien sûr, c’est que les ordinateurs et la chaleur ne font pas spécialement bon ménage. Pour fonctionner au mieux de ses capacités, un ordinateur a besoin d’être correctement ventilé et refroidi.

Dans ce contexte, si une civilisation extraterrestre robotique existe bel et bien quelque part, alors ils sont sans doute en train d’hiberner en attendant que l’univers se refroidisse. D’après les trois chercheurs, une température plus basse permettrait en théorie d’effectuer 1030 fois plus de traitements informatiques. Amusant, non ?

Certes, et si vous voulez en savoir plus et avoir tout le déroulé de leur hypothèse, le mieux reste de vous rendre directement ici pour consulter leur étude.