Et si notre langue avait un impact sur notre vision du monde ?

Les bilingues n’ont que des avantages. Ils peuvent facilement se faire comprendre à l’étranger et ils ont généralement plus de chances de décrocher un emploi. Surtout s’ils maîtrisent l’anglais, d’ailleurs. Oui, et ce n’est pas fini car si l’on en croit cette nouvelle étude, alors ils seraient en plus capables de voir le monde de différentes manières en fonction de la langue utilisée.

Cette fameuse étude est le fruit d’un travail conjoint entre plusieurs linguistes de renom travaillant pour les universités de Lancaster, de Stockholm, de Newcastle, de Bangor et de Otto von Guericke.

Etude bilingues

Les gens bilingues sont plus flexibles que les personnes ne maitrisant qu’une seule langue.

Elle a été rendue publique l’année dernière et vous pouvez la consulter en suivant ce lien. Il est même possible de la télécharger au format PDF pour la consulter sur une liseuse.

Une étude menée par plusieurs linguistes de renom

Les chercheurs de cet institut ont commencé par réunir plusieurs participants parlant anglais, allemand ou les deux langues. Ils leur ont ensuite montré plusieurs séquences courtes montrant une femme en train de marcher dans un parking ou un homme faisant du vélo et ils leur ont demandé de décrire précisément ce qu’ils voyaient avec leurs propres mots.

Les personnes parlant allemand ne se sont pas limitées à l’action et elles ont toutes évoqué le but de l’action. Elles ont donc eu tendance à dire : « une femme marche vers sa voiture » ou « un homme va faire ses courses en vélo ».

Les monolingues anglais n’ont pas eu la même réaction et ils se sont ainsi contentés de décrire les scènes avec des phrases assez généralistes telles que « une femme marche » ou « un homme fait du vélo ».

En poursuivant leurs recherches, les scientifiques chargés de l’étude se sont rendus compte que les allemands avaient souvent une vision plus holistique du monde.

Au lieu de s’arrêter à une scène, ils cherchent donc à analyser l’événement dans son ensemble et à l’ancrer dans une scène logique. Les anglophones, eux, se concentrent davantage sur l’action et sur ce qui est en train de se dérouler sous les yeux.

Tout est une histoire de langue

Qu’est ce qui explique une telle différence de point de vue ? Toujours selon cette étude, ces variations seraient provoquées par la base linguistique de chaque langue.

Lorsqu’un anglais cherche à décrire une action, il doit appliquer un suffixe particulier (-ing) et ce n’est pas le cas de l’allemand. Ni même du français.

C’est intéressant mais ce n’est pas terminé car les bilingues, eux, peuvent facilement passer d’une structure de pensée à l’autre en fonction de la situation dans laquelle ils se trouvent.

Les allemands obligés d’utiliser l’anglais pour décrire ces mêmes scènes se concentraient tous sur l’action au détriment du contexte, et vice-versa pour les anglais obligés d’utiliser l’allemand.

Que peut-on en déduire ? Tout simplement que le langage, ou plutôt la langue, a bien un impact sur notre façon d’observer et d’analyser notre environnement. En d’autres termes, les gens parlant plusieurs langues sont capables de mieux s’adapter et ils font en plus preuve d’une plus grande ouverture d’esprit.

Le moment est donc bien choisi pour vous remettre sur Duolingo.

Mots-clés insolitesociologie