États-Unis : la capsule spatiale de SpaceX a amerri au large des côtes de la Floride

Le 8 mars 2019 est une date à marquer d’une pierre blanche pour SpaceX, l’agence spatiale privée du milliardaire Elon Musk. Sa capsule spatiale « Crew Dragon » est revenue d’une importante mission dans l’espace.

Elle s’est échouée dans l’océan Atlantique, au large des côtes de la Floride.

Crew Dragon est rentré sur Terre après avoir passé six jours à bord de la Station Spatiale Internationale. Selon les informations communiquées, la capsule s’est détachée de l’ISS vers 7h30 GMT, avant d’atteindre une vitesse hypersonique avant 13h45 GMT.

Benjamin Reed, Directeur de la gestion de la mission d’équipage de SpaceX, a déclaré que « Tout s’est déroulé à la perfection, dans les délais impartis » ce qui est une excellente nouvelle.

De retour d’une mission cruciale

Crew Dragon a été lancé le 2 mars 2019 par une fusée SpaceX depuis le Centre spatial Kennedy en Floride. En collaboration avec la NASA, la capsule avait pour mission de transporter près de 180 kg d’équipements d’essai vers l’ISS.

Son retour est qualifié de « véritable exploit américain » car la capsule est parvenue à revenir sur Terre alors qu’elle n’avait pas d’équipage à bord.

À cela s’ajoute le fait qu’elle n’ait subi aucun dégât majeur durant son voyage de retour et sa petite plongée dans l’océan. Certes, sa coque protectrice a subi quelques altérations dues à la chaleur intense lorsqu’elle est rentrée dans l’atmosphère, mais ce n’est rien de bien méchant si on en croit Steve Stich, le Directeur adjoint du programme des équipages à la NASA.

Le début de plusieurs autres missions

Le succès de la mission effectuée par Crew Dragon a permis à SpaceX de prouver que l’entreprise est plus que compétente dans le domaine.

L’agence travaille actuellement pour la NASA qui a déboursé la somme de 6,8 milliards de dollars pour lui permettre de construire des fusées et des capsules dans le but d’envoyer les astronautes américains en orbite, notamment sur l’ISS.

Le gouvernement américain n’aura ainsi plus à louer des places à bord des vaisseaux russes Soyouz pour envoyer ses astronautes sur le laboratoire de recherche orbitale. Le siège coûte la bagatelle de 80 millions de dollars.

À cela s’ajoute la volonté des États-Unis d’être enfin indépendant de la Russie quand il s’agit d’envoyer des hommes dans l’espace.

Il reste à savoir si SpaceX saura respecter son calendrier de tests pour cette année et répondre ainsi aux exigences de la NASA et du gouvernement US.

Mots-clés spacex