États-Unis : une super bactérie inquiète les médecins américains

Les États-Unis se trouvent actuellement dans une situation très compliquée. Les hôpitaux américains font en effet face à une super-bactérie résistante à tous les antibiotiques connus.

Les bactéries sont des organismes vivants microscopiques, des organismes le plus souvent unicellulaires. Le plus souvent, et donc pas tout le temps. Elles peuvent effectivement prendre plusieurs formes différentes et il existe ainsi à l’heure actuelle environ 10 000 espèces connues.

Super Bactérie

Une nouvelle super bactérie a été repérée aux États-Unis.

Inutile de le préciser, mais nous sommes loin de connaître toutes les bactéries existantes. En réalité, il existerait sur la Terre entre cinq et dix millions d’espèces différentes.

Les bactéries sont partout

Impressionnant, non ? Certes, et il faut d’ailleurs signaler que ces organismes sont présents dans tous les biotopes de notre planète. Cela vaut pour les continents, mais également pour les océans, les rivières ou même la croûte terrestre. Certains d’entre eux ont même réussi à coloniser les profondeurs océaniques.

Les bactéries sont donc partout, et notamment sur notre propre corps. D’après les estimations faites par les chercheurs, notre peau serait recouverte par environ 1012 bactéries et nous en aurions autant dans la bouche ou même dans nos intestins.

Contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, les bactéries ne sont pas forcément hostiles et la plupart d’entre elles sont même bénéfiques pour notre organisme. Mieux, elles sont même utilisées par de nombreuses industries et notamment dans l’agroalimentaire.

C’est effectivement grâce à elles que vous pouvez manger du yaourt ou du fromage.

Elles ne sont pas toutes inoffensives

Il existe cependant des exceptions et certains organismes sont ainsi à l’origine de maladies infectieuses extrêmement dangereuses. Le choléra en fait partie, de même pour la tuberculose, la syphilis ou la peste.

Certains de ces organismes peuvent être traités avec des antibiotiques, mais pas tous. En réalité, si l’on en croit les recherches effectuées par plusieurs chercheurs, les bactéries présentes sur le sol américain seraient de plus en plus résistantes aux traitements développés par les principales compagnies pharmaceutiques du marché.

L’année dernière, un hôpital situé à Los Angeles a ainsi été amené à traiter une femme de 49 ans souffrant d’une infection urinaire. En effectuant des analyses, ils ont réalisé que son infection était provoquée par une souche mutante de la bactérie E.Coli, une souche résistant à tous les traitements habituels. Ils ont tenté leur possible, et leurs efforts ont fini par payer.

La femme s’est remise depuis.

Plus tôt dans l’année, le CDC a en revanche annoncé le décès d’une autre patiente, âgée cette fois de soixante-dix ans. Elle vivait dans le Nevada et elle avait été infectée par une super-bactérie du nom de Klebsiella pneumoniae lors d’un voyage en Inde.

L’OMS est inquiète

L’organisme a résisté aux vingt-six antibiotiques utilisés par l’établissement et elle a fini par s’éteindre, des suites d’une septicémie.

Le Dr James Johnson, un professeur spécialisé en maladies infectieuses, a tenu à tirer la sonnette d’alarme. D’après lui, « ce cas présage d’un futur très mauvais ». Il n’est d’ailleurs pas le seul à le penser, car Nick Thomson, le directeur du groupe de génomique bactérienne du Wellcome Trust Sanger Institute, a déclaré que cette bactérie représentait une menace urgente pour la santé humaine.

D’après ce spécialiste, le taux de mortalité de cette super bactérie varierait en effet entre 40 et 50 %, mais la situation pourrait s’aggraver dans les années à venir. L’OMS elle-même est de cet avis et elle a ainsi indiqué qu’il était impératif de prendre des mesures adaptées afin d’éviter la propagation de ce genre de bactéries.

L’organisation a notamment pointé du doigt les conditions sanitaires de certains pays, des conditions tellement médiocres que la population est forcée de prendre très (trop) régulièrement des antibiotiques pour combattre les infections dont elle souffre.

Car en effet, comme n’importe quel organisme vivant, les bactéries peuvent évoluer et elles sont ainsi capables de s’adapter aux traitements utilisés pour les détruire. Il faut d’ailleurs signaler que les pays pauvres ne sont pas les seuls à pointer du doigt. L’industrie de l’élevage est elle aussi très friande des antibiotiques et elle a donc sa part de responsabilité dans le phénomène de résistance microbienne.

Mots-clés médecinesanté