Etats-Unis : un vétéran a été opéré pour avoir un nouveau pénis et un nouveau scrotum

Un vétéran grièvement blessé par une bombe en Afghanistan se remet de la première greffe de pénis et de scrotum jamais réalisée ont annoncé les médecins de l’hôpital Johns Hopkins, États-Unis. Ils ont achevé la greffe de pénis la plus complexe à ce jour, marquant la quatrième opération réussie du genre.

Le récipiendaire, qui a choisi de garder l’anonymat, avait perdu ses deux jambes au-dessus du genou et ses organes génitaux.

D’après le témoignage du vétéran, il est resté conscient après l’explosion, mais il savait qu’il était dans un état grave. Son prochain souvenir était celui de son réveil dans un hôpital américain où un médecin militaire lui a dit que ses blessures étaient permanentes et irréparables. Contre toute attente, cette greffe miraculeuse va donc permettre à l’ancien soldat de retrouver une partie de ce qu’il a perdu.

Grâce à l’opération, le vétéran a donc un pu recouvrir une fonction quasi complète de son pénis et de son scrotum.

Les miracles de la technologie

Quand les médecins ont dit au patient que son état était irréversible, il n’a pas voulu y croire, a-t-il déclaré aux journalistes du New York Times lors d’une interview. Plus tard, il a appris la possibilité d’une greffe de pénis, une procédure relativement nouvelle que des médecins des États-Unis pratiquent depuis des années sur des cadavres.

Ce type d’opération est réservé aux blessures les plus graves en raison des difficultés à trouver des donneurs compatibles.

Après 14 heures de chirurgie, le vétéran des forces armées américaines a donc eu un nouveau pénis et un scrotum transplanté. La greffe a eu lieu fin mars 2018. Selon les responsables de l’hôpital, l’opération a été un franc succès et le patient est déjà apte à se promener.

Une greffe historique

C’est la quatrième transplantation de pénis réussie jusqu’à présent a déclaré Richard Redett, directeur clinique du programme de transplantation génito-urinaire de Johns Hopkins. C’est également la première fois que des médecins transplantent une si grande partie du corps avec les organes d’un donneur décédé.

La procédure a eu un coût estimé entre 300 000 et 400 000 $. La greffe a permis de transplanter en un seul morceau un tissu qui mesurait 25 centimètres sur 28 centimètres et pesait environ deux kilogrammes. La transplantation comprenait un scrotum, mais pas les testicules, car cela pourrait éventuellement permettre au patient d’avoir un jour des enfants qui seraient génétiquement ceux du donneur décédé.

Pour l’instant, les docteurs ignorent encore si le patient sera capable d’uriner avec son nouveau pénis, mais ils sont très optimistes sur le sujet.

Mots-clés chirurgiemédecine